ALBERTO AGUILAR, la dernière tournée

ALBERTO AGUILAR, la dernière tournée

ALBERTO AGUILAR, la dernière tournée

126
0

Tournée vous dites? Il n’en ai rien et bien malheureusement d’ailleurs…

Alès, Madrid et Illescas. Voila en quoi se résume la temporada 2018 du madrilène Alberto Aguilar. Une dernière saison, douze ans après avoir reçu l’alternative des mains d’Ivan Vicente, devant un toro de Jaime Brujo sur le sable des arènes de Miraflores de la Sierra dans la banlieue de Madrid.

Une carrière honnête au cours de laquelle le petit Alberto laissa de nombreux et bons souvenirs, notamment dans les corridas dites « dures », de respect.

Une carrière qui faillit ne jamais prendre tournure, quand, aux prémices de la temporada 2008, le torero alors  apodéré par le français Stephane Fernandez Meca, n’avait que deux dates cochées sur l’agenda: Beaucaire le 30 juillet devant une lourde et imposante corrida de Victorino Martin. Aux cotés de deux habitués des toros marqué du A couronné, Alberto fit preuve d’une incroyable vaillance face à deux carcasses lourdes de 665 et 671kg. Triomphe.

Quelques jours plus tard rebelote, le 10 aout dans les très sérieuses arènes gersoises de Vic-Fezensac et face à de non moins sérieux toros de l’Astarac. Deux faenas magistrales d’engagement, devant un public à la fois noué par la peur et submergé d’émotions. Deux coups de canon. Deux oreilles. Nouveau triomphe.

On pense sa carrière enfin lancée et puis … patatras… Une atroce blessure au genou vient stopper net cette ascension annoncée. Alberto dut prendre son mal en patience et revint en 2010 plus déterminé que jamais. De cette saison resterons pour le souvenir ses combats offerts notamment à Vic-Fezensac à nouveau, cette fois face aux toros de Pahla, à Ceret face aux Escolar Gil mais aussi et surtout un duel épique dans les arènes de Saint-martin-de-Crau face à un redoutable toro de Prieto de la Cal sortit en deuxième position avant de couper l’oreille du bon quinto.

 

Au cœur d’une carrière honorable, une nouvelle blessure, au genou encore, par corne de toro cette fois viendra compromettre la suite de sa carrière. C’était en 2013 dans les arènes de Cali, en Colombie.

Cinq ans plus tard et avec quelques succès méritoires glanés en France ou en Espagne, notamment à Valencia, Dax, Tafalla ou récemment à Madrid ou sa rencontre avec Camarin de Baltasar Iban fut l’un des meilleurs moments de la saison 2016 dans la capitale espagnole, Alberto se retire, dignement, avec la pudeur des honnêtes gens…

Un grand petit bonhomme de la tauromachie….

 

 

126

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *