EL JULI – 20 ans ça se fête

EL JULI – 20 ans ça se fête

EL JULI – 20 ans ça se fête

678
0

Vingt ans de carrière, a haut niveau, dans toute profession, représente un niveau d’exigence et de don de soi des plus élevés. Dans la tauromachie, ou l’on joue avec la vie et la mort chaque après-midi encore plus. Une profession, un métier à risques qui suscite, interrogations, spéculations, jalousie, jugements.. Une vocation pour laquelle, ceux qui vêtus de lumières, jouent leurs fémorales, repoussant les frontières du raisonnable parfois à l’excès, jusqu’à en payer, parfois, souvent, un lourd tribut. Ces gladiateurs qui souvent sont décriés pour le choix de leurs opposants, lorsqu’ils l’on, ou leur façon de mener une carrière, qui lorsqu’elle comporte autant de danger aurait pourtant le mérite d’être jugé avec un peu plus de complaisance ou de compréhension, après tout, face à la réussite tout le monde est libre d’alléger son labeur lorsque celui-ci peut se faire avec plus de facilités.

Julian Lopez « EL JULI » n’échappe pas à la polémique, aux questionnements et aux jugements, il est vrai parfois provoqué par les agissements ou les choix de carrière du maestro madrilène.

A ces débuts, le jeune Julian n’était qu’un enfant phénoménal d’entrega, comme il en existe des dizaines, dans toutes les écoles taurines. Sauf que ce gamin, avait quelque chose de plus, un don pour le toreo, pour le dominio, le pouvoir et une connaissance déjà bien élevée pour un enfant de son âge. On le découvrit, a grande échelle, extraordinaire lors d’un Festival a Chinchon en 1995 aux cotés de toreros aguerris. Il avait cassé la baraque.

Passons sur les faits que tout le monde connait , de son exil mexicain, l’Europe et sa limite d’âge ne lui permettant pas de tuer de toros avant l’âge de 16 ans, a son alternative dorée un soir de septembre 1998 à Nîmes.

El Juli le torero, a eu, dès les prémices de sa carrière, les yeux braqués sur lui. Un phénomène que l’on s’arrache, que l’on jalouse, que l’on admire, qui fait parler, espérer, et que l’on attend forcement au tournant. A qui la faute sera moins facilement pardonnée, oubliant parfois que l’homme vêtu de lumière n’est en réalité qu’un adolescent starisé.

Plus de 100 corridas par an lors des premières années de l’alternative, des chiffres éloquents, démentiels, du jamais vu ou presque pour un garçon a peine âgé de 20 ans qui rafle tout sur son passage, qui ne laisse passer aucun toro, coupe les oreilles par deux et fait lever les foules en liesse de France et de Navarre, mais aussi outre atlantique. Une boulimie statistique qui dérangeait jadis, et qui na cesser de croitre.

Evidemment comme toute grande vedette qui se respecte, El Juli, a son lot de détracteurs, certains lui reprochant de parasiter le système, choisissant ses toros, son cartel, enrobé par des cachets pharaonique, comme si cela était une nouveauté au sein du microcosme taurin.

Le torero a conquis toutes les plazas du monde ou presque, Séville en a fait son Prince, Arles son roi, l’amphithéâtre nîmois est un de ses terrains de jeu favori, Bilbao la dure s’est souvent rendue au madrilène, tout comme Pampelune, Valencia ou Barcelona parmi les arènes les plus prestigieuses en Europe sans oublier la Monumental de Mexico ou il est une idole. Seule Madrid et son public si difficile à conquérir, lui résiste. Dans les arènes numero 1, on ne pardonne rien au pourtant torero du pays, l’aficion ventena est dure, très dure avec le prodige de Vellila.

Il lui est souvent reproché de ne pas avoir croisé plus souvent le fer avec des toros réputés difficile, de tuer de façon peu académique, de faire « arranger » ses toros a outrance, d’imposer tel ou tel toreros, … mais le madrilène reste néanmoins pour une partie de l’aficion en tout cas, un produit de luxe, une quasi certitude de voir quelque chose lorsqu’il est au cartel. Pour les empresas il représente malgré les années un taux remplissage non négligeable et il est rare de le voir absent des grandes ferias.

20 ans ont passés depuis que le roi Juli a pris possession du trône, fini aujourd’hui les histoires de G10, G5, le désormais torero-ganadero, aspire a plus de quiétude, terminé la boulimie de contrats. Le madrilène ne truste plus les premières places de l’escalafon mais ne laisse pour autant aucunes miettes a quelque toro ou torero que ce soit. Moins de quantités plus de qualités dirons-nous.

Qu’attendre donc de cette 20eme année d’alternative ? Sa rencontre avec les toros de Victorino Martin est déjà actée pour Séville, mais l’on imagine mal que cela sera le seul geste de cette temporada spéciale. Madrid et Julian s’attende de pied ferme il est possible de penser que la Monumental de Las Ventas pourrait être le théâtre d’un défi important. Pourquoi ne pas le revoir en seul contre six à Nîmes, là où le môme surdoué devint matador de toros ? Ou le voir affronter ses pupilles d’El Freixo dans une arène de première catégorie ?

Quoi qu’il en soit, on ne reste pas en haut de l’affiche 20 ans sans être un monstre de travail, de savoir, de dévotion, sans se donner corps et âme a une profession si difficile. Qu’importe les polémiques ou les choix de carrière, Julian Lopez El Juli demeure à ce jour comme une des plus importante figura du 21eme siècle, partageant l’affiche avec les plus grands dans les plus grandes arènes, là ou d’autre raréfient leurs apparitions tout en voulant garder le monopole…

7

678

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Événements à venir

Oct
17
mer
2018
Journée entière COURSES CAMARGUAISES (17/10/2018)
COURSES CAMARGUAISES (17/10/2018)
Oct 17 Journée entière
COURSES DU 17/10/2018 MONTFRIN LIGUE OCCITANIE – 0 Organisateur : CTPR LOU POUGAOU / Délégué : EYMONET DANIEL
Oct
19
ven
2018
Journée entière COURSES CAMARGUAISES (19/10/2018)
COURSES CAMARGUAISES (19/10/2018)
Oct 19 Journée entière
COURSES DU 19/10/2018 VALLABREGUES Manades : BLANC JC –  CAVALLINI LAURENT & LAURA –  LA GALERE LIGUE OCCITANIE 15H00 – 5€ Organisateur : CTPR LOU VINCEN / Délégué : MAZAS JEAN PIERRE / Président de course : EYMONET DANIEL BELLEGARDE[...]
Oct
20
sam
2018
Journée entière COURSES CAMARGUAISES (20/10/2018)
COURSES CAMARGUAISES (20/10/2018)
Oct 20 Journée entière
COURSES DU 20/10/2018 ST LAURENT D’AIGOUZE AVENIR Hors Trophée – 0 Organisateur : COMITE DES FETES / Délégué : SAGNE BRUNO FOURQUES Finale des ligues Occitanie LAUTIER B : 311 FABRE MAILHAN : 372 RICARD : 372 SAUMADE[...]
Oct
21
dim
2018
Journée entière COURSES CAMARGUAISES (21/10/2018)
COURSES CAMARGUAISES (21/10/2018)
Oct 21 Journée entière
COURSES DU 21/10/2018 VENDARGUES Révélations AVENIR Hors Trophée – 0 Organisateur : CT LA MULETA / Délégué : DUMAS CHRISTIAN MONTFRIN AVENIR Hors Trophée – 0 Organisateur : CTPR LOU POUGAOU / Délégué : QUIOT[...]