ESPAGNE – PLUS DE PROFESSIONNELS TAURINS, MOINS DE COURSES EN 2017

ESPAGNE – PLUS DE PROFESSIONNELS TAURINS, MOINS DE COURSES EN 2017

ESPAGNE – PLUS DE PROFESSIONNELS TAURINS, MOINS DE COURSES EN 2017

245
0

ESPAGNE – PLUS DE PROFESSIONNELS TAURINS, MOINS DE COURSES EN 2017

TEXTE ET COMMUNIQUE ARENES DE NIMES

Le Ministère espagnol de la Culture et des Sports vient d’éditer son annuaire des statistiques culturelles de l’année 2017. Des chiffres officiels qui permettent d’analyser l’évolution du spectacle tauromachique, avec une diminution du nombre de courses chez nos voisins espagnols, mais une augmentation du nombre de professionnels taurins.

Avec 10.959 professionnels taurins, l’Espagne est encore bien représentée au niveau national. Un chiffre qui ne souffre d’aucune contestation et qui montre l’importance de la pratique taurine de l’autre côté des Pyrénées. Au total, 1.553 courses y ont été référencées en 2017 ; un chiffre certes en baisse mais à remettre en perspective par rapport au nombre de courses organisées dans les grandes arènes et lors des ferias d’importance.

Une tendance générale où la qualité du spectacle prend l’ascendant sur la quantité des courses. Autant d’informations officielles compilées par le Ministère de la Culture et des Sports dans l’Annuaire des Statistiques culturelles 2018. On y apprend notamment que 12,8% des voyages de vacances ou de loisirs effectués par les résidents espagnols l’ont été pour motifs culturels, ce qui représente un total de 12,5 millions de déplacements. Sur cette part, les touristes étrangers sont au nombre de 12,8 millions, soit 18,1% des déplacements. Un chiffre en augmentation de 37,6% en comparaison aux 8 millions de touristes enregistrés lors de l’année 2016 en Espagne.

Côté toros, le moteur économique demeure une constante que l’État ne doit pas renier. Le Plan de Statistiques nationales intègre toutes les données relatives aux professionnels taurins, exploitations agricoles de bétail brave, écoles de tauromachie et toutes les courses à caractère taurin… En 2017, le Registre général des Professionnels taurins affiche au compteur 10.959 personnes inscrites. Sur ces 10.959 professionnels, 289 étaient des femmes, soit 2,6% face aux 97,4% d’hommes.

En détaillant ces données, on comptabilise 825 matadors de toros, soit 7,5% du total, 3.230 novilleros avec ou sans picadors (29,5%), 416 rejoneadors (3,8%), 2.972 banderilleros et picadors (27,1%), 184 comico-toreros (1,7%) et 3.332 valets d’épées (30,4% des inscrits au Registre). Les chiffres publiés en 2016 faisaient état de 10.692 professionnels taurins, soit une augmentation de 267 professionnels en une année. Au niveau des élevages, 1.329 entreprises agricoles de bétail brave ont été enregistrées, soit une infime augmentation (+5) par rapport aux 1.324 ganaderías inscrites en 2016. Une curiosité dans la mesure où plusieurs élevages ont été rayés de la cartographie espagnole ganadera.

En 2017, on dénombrait 58 écoles de tauromachie inscrites au Registre national et la célébration de 1.553 courses taurines. La répartition est la suivante : 387 corridas de toros, soit 24,9% du marché ; 155 courses de rejón (10%), 220 novilladas formelles (14,2%), 209 festivals taurins (13,5%) et 103 corridas mixtes (6,6%). Les 30,8% restant correspondent à des corridas mixtes équestres, des becerradas, des novilladas sans picadors et des spectacles comico-taurins.

Ce nombre de course est en baisse par rapport à 2016 où l’on avait dénombré 1.598 spectacles taurins. Si on poursuit l’analyse stricte de ces chiffres, on constatera que le nombre de corridas est en hausse, alors que la baisse du nombre de courses affecte toutes les autres catégories sur de petites échelles.

245

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *