Héros pour l’éternité …

Héros pour l’éternité …

Héros pour l’éternité …

752
0

Il y a des anniversaires que l’on ne voudrait pas fêter, des dates, qui ravivent les peines, les douleurs, l’émoi et qui gardent intacts les souvenirs… Point de bougies, ni de champagne aujourd’hui, mais des minutes de silence, d’applaudissements, mais surtout de recueil, dans chaque arène, dans chaque mémoire d’aficionado, dans n’importe quelle contrée taurine, de ton Pays Basque natal à ton Equateur chéri …

Un an. Un an aujourd’hui. Que le temps passe vite ! Douze mois que tu as rejoint l’au-delà, en brave. J’ai l’impression que c’était hier. Je me souviendrai chaque 17 juin, de ce jour où la corne d’un toro t’as enlevé à nous, aux tiens, au monde. J’ai toujours en mémoire ce que je faisais au moment d’apprendre la nouvelle. Je profitais insouciamment d’une douce soirée d’été autour d’un verre de blanc lorsque mes jambes se sont littéralement ramollies. Plus question de s’amuser, j’avais juste envie de rentrer. Cela n’eut rien changé, mais je n’avais plus le cœur, je tentais de me raisonner en me disant que le toreo est ainsi fait, pendant que celle qui partage ma vie, qui te trouvait si beau, larmoyait à côté de moi. Je fis mine de, mais je versais une larme en douce.

Quel respect j’avais pour le torero ! Quel caractère ! Ton parcours semé d’embûches, ne tenait pas du miracle, mais de l’abnégation, de la ténacité et surtout du talent. Il forçait l’admiration. Venu, comme de nulle part, tu as fait bouger les lignes. Comme on le dit grossièrement « tu as botté des culs ».

Pourtant je dois avouer, et quelque part je m’en veux, de n’avoir pas trop cru en toi au début. Je m’explique. La première fois que je t’ai vu, c’était à Vergèze, en 2007… Une course dont je ne me souviens que du cartel avec Marc Serrano et Jonathan Veyrunes, toros de Gilbert Mroz. Quant au contenu… J’ai honte de ne pas avoir vu le courage qui t’animait. Il faut dire, et je le prends comme excuse, qu’à cette époque, j’idéalisais le toreo aux facéties de Morante et la maitrise du Juli. Onze ans après, j’ai modelé mon aficion et mes critères…

Et puis un jour, et je vais être grossier une fois de plus, « j’ai pris une sacré claque dans la tronche »… C’était à Madrid, en octobre 2011. Comme pour couronner ta première grande temporada, tu affrontais des toros de Gavira en mano à mano avec David Mora. Quelle leçon de courage, une démonstration de caste et de fierté. A déjouer la peur. Ma copine, celle qui t’admirait tant déjà, passa la soirée le visage enfoui dans ses mains pour ne pas te voir tournoyer sur les cornes de Fantastico, toi qui avait déjà troqué la taleguilla pour un blue jeans… Et moi, pour faire mine, encore, j’ai pris exemple sur toi, j’ai « aguanté », mais au fond j’étais rongé par l’angoisse. Je comprenais alors que ma façon de voir le toreo avait définitivement changée. J’étais devenu « Fandiñista ».

J’ai admiré, ta tauromachie, ton charisme, ton sens du dévouement à la profession, que tu chérissais, mais qui te matraquait, qui essayait de te tirer vers les bas-fonds. Mais toi tu flottais à la surface, et même au-dessus, avec la force de ton courage comme bouée de sauvetage…

Concrètement, j’ai bu ton toreo, sans modération aucune. Cette façon de mettre tout ton cœur, toute ton âme sur le sable des arènes. Cette façon admirable d’avancer la jambe… De là-haut tu vas rire, mais j’ai essayé de faire du Fandiño, une fois. Si, si je te jure ! Devant un becerro qui devait faire mon poids… Certains diront qu’il était gros, d’autres, complaisant diront que non. Et bien j’ai avancé la jambe. Et le lendemain, pas une, mais les deux étaient bleues comme les sièges de Vista Alegre… Même en jouant, on ne peut pas espérer faire du Fandiño.

J’aurais voulu connaitre quel genre de type tu étais. C’est vrai, comment dans ce milieu, de lumières et de gloire, l’un des plus respecté par l’aficion pouvait rester aussi simple. Quel genre de mec normalement constitué, peut se jeter sur les cornes d’un fauve, sciemment où inconsciemment ? Quel genre de mec, peut ouvrir la Grande Porte de l’arène la plus intransigeante du monde, et fêter cela dans un McDo alors que d’autres auraient soulevé une coupe de Dom Perignon dans un luxueux hôtel, avec flagorneurs et charmante compagnie…

Depuis j’ai commencé à lire l’ouvrage que te dédie ton fidèle frère Nestor Garcia… Et je crois que l’adoration pour le torero est sur le point d’être dépassée par l’incommensurable admiration pour l’homme. Un simple, un brut, un gars du cru, de la terre, de la sueur et du travail. Un homme, à la fois, humble, dur au mal, mais sensible et bon. Un homme animé par une soif de vaincre, une envie incroyable de triomphes, d’être et de perdurer là où on ne l’attendait pas. Avec ses failles et ses faiblesses, évidemment, mais si peu visible depuis les tendidos.

Un homme capable de se fixer le plus grand des défis, et un torero capable de l’assumer. Quitte à perdre son pari. Quel degré de folie faut-il avoir pour s’imaginer affronter six énormes toros parmi les élevages les plus âpres de la péninsule ibérique ? Combien faut-il être fou pour vouloir que cela ait lieu devant le public le plus impartial du monde taurin ? Comment peut-on être aussi couillu pour le faire vraiment ?

Alors c’est vrai, ce 29M n’eut pas, d’abord pour toi, puis pour les tiens et l’aficion, le résultat escompté. Mais tu l’as fait ! Tu as rempli sur ton seul nom, et hors San Isidro, la Monumental de Las Ventas. Pour cela, nous te devons un immense respect et à vie !

Suite à cette course tu ne fus plus vraiment le même, enfin pour une partie versatile de l’aficion et de la presse taurine, du milieu lui-même, comme soulagé qu’il n’y eut le triomphe espéré. Mais par ta témérité presque inébranlable, en quelques mois tu remontais une pente, qui semblait bien raide et semée de pièges depuis cette fin mars 2015. Après des dizaines d’années d’une lutte acharnée contre un système, qui tant bien que mal dut te faire une place, c’était si peu te connaitre que de t’imaginer rester sur le bord de la route.

« Le toreo vous restitue vos sacrifices.

Pour parvenir à ses fins ? Faire parler le cœur assurément !

Ne renonce jamais à un rêve, suis les signes qui te conduisent vers lui.

Je ne sais pas ce que le futur me préparera, mais je sais ce que je lui donnerai.

Les obstacles font mûrir, les succès réfléchir et les échecs grandir.

De l’autre côté de la peur se cache la liberté.

Le secret de la liberté est dans le courage.

Pour gagner je souffre, pour sentir je rêve, pour profiter je lutte, pour toréer je meurs. »

Ces quelques phrases, tirées du livre de ton Nestor, sont comme paroles bénites, elles reflètent, avec sens, ce que tu étais Ivan.

Petit j’étais fan de la saga populaire « Dragon Ball », et je t’ai souvent comparé, avec malice, à un de ses super-héros, indestructible ! Un « San Go Ku » des temps modernes, sans Dögi mais avec un bouclier cousu de fil d’or, se transcendant devant la difficulté, pour vaincre plus fort que soi, pour vaincre un monde, comme hostile à son égard. Mais toi tu étais un super-héros différent Ivan. Pas un de ces pantins articulés par ordinateur, que les graphismes rendent beaux. Non toi tu étais animé par une âme brave, un cœur énorme et un tempérament à la fois dur et attachant.

Si tu étais encore sur cette terre, je n’aurais pas lettré ces nombreuses lignes, mais de cela je n’ai pas envie de parler… et aujourd’hui je ne serais probablement pas le seul à rédiger en ta mémoire…

Dans cette missive, je me suis adressé à toi, par le tutoiement, comme si je te connaissais de longue date, alors que je n’ai jamais eu l’occasion de te parler, ni même de te toucher la main. Qu’importe. Tu m’as fait tellement trembler, vibrer, sourire et pleurer. J’ai tant fois eu peur pour toi. Tant de fois étais fier de tes triomphes, de tes défis, de tes victoires et même de tes défaites, qui furent peu nombreuses mais toujours dignement acceptées.

Alors Ivan je crois que tu ne m’en voudras pas de m’être ainsi cru ton ami aujourd’hui car moi je te remercierai encore et toujours d’avoir été un héros…

Pierrick Charmasson

752

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Événements à venir

Juil
19
jeu
2018
Journée entière CORRIDAS DU JOUR (19/07/2018)
CORRIDAS DU JOUR (19/07/2018)
Juil 19 Journée entière
19/07/2018 Campo Pequeno de Lisboa (Lisboa) Portugal – Toros de Pinto Barreiros para Luis Rouxinol, Filipe Gonçalves, Francisco Palha 19/07/2018 Mont-de-Marsan (Landes) Francia – Toros de Jandilla para Juan José Padilla, Alejandro Talavante, Roca Rey
Journée entière COURSES CAMARGUAISES (19/07/2018)
COURSES CAMARGUAISES (19/07/2018)
Juil 19 Journée entière
COURSES DU 19/07/2018 VENDARGUES TROPHEE des AS – Groupe 1 16H00 – 12€ Organisateur : CT LA MULETA / Délégué : RIVES JOSE / Président de course : SARROUY RICHARD
Juil
20
ven
2018
Journée entière CORRIDAS DU JOUR (20/07/2018)
CORRIDAS DU JOUR (20/07/2018)
Juil 20 Journée entière
20/07/2018 Mont-de-Marsan (Landes) Francia – Toros de La Quinta para Juan Bautista, Emilio de Justo, Thomas Dufau 20/07/2018 Póvoa de Varzim (Porto) Portugal – Toros de María Guiomar Cortés Moura para Antonio Ribeiro Telles (I),[...]
Journée entière COURSES CAMARGUAISES (20/07/2018)
COURSES CAMARGUAISES (20/07/2018)
Juil 20 Journée entière
COURSES DU 20/07/2018 ORGON 40eme anniversaure du club taurin LAUTIER B : DESIGUAL 912 LA GALERE : BELCOURT – INDIEN AGU : GENDARME 122 – SOCRATE 092 COULET BERNARD : FUGUEUR 558 Taureau Hors point[...]
Journée entière Mus fête votive
Mus fête votive
Juil 20 – Juil 22 Journée entière
Mus fête votive
Journée entière Salinelles
Salinelles
Juil 20 – Juil 21 Journée entière
Salinelles
12 h 00 min Châteaurenard – Fiesta y Toros @ Chateaurenard
Châteaurenard – Fiesta y Toros @ Chateaurenard
Juil 20 @ 12 h 00 min – Juil 22 @ 22 h 30 min
 
Juil
21
sam
2018
Journée entière CORRIDAS DU JOUR (21/07/2018)
CORRIDAS DU JOUR (21/07/2018)
Juil 21 Journée entière
21/07/2018 Méjanes (Bouches-du-Rhône) Francia – Toros de El Capea (antes Pedro y Verónica Gutiérrez Lorenzo) para Diego Ventura, Sergio Galán, Leonardo Hernández 21/07/2018 Mont-de-Marsan (Landes) Francia – Toros de Núñez del Cuvillo para Enrique Ponce,[...]
Journée entière COURSES CAMARGUAISES (21/07/2018)
COURSES CAMARGUAISES (21/07/2018)
Juil 21 Journée entière
COURSES DU 21/07/2018 VILLENEUVE les MAGUELONE TROPHEE AVENIR – 0 Organisateur : SECTION TAURINE PAUL RICARD VILLENEUVOISE / Délégué : CLAVEL COLETTE LE PLAN D’ORGON Manades : RAYNAUD F – F-GUILLIERME – LAUTIER B LIGUE[...]