LA CHRONIQUE DE DANY COEUR – Bonjour, je suis le mur du tunnel des toreros des arènes d’Arles

LA CHRONIQUE DE DANY COEUR – Bonjour, je suis le mur du tunnel des toreros des arènes d’Arles

LA CHRONIQUE DE DANY COEUR – Bonjour, je suis le mur du tunnel des toreros des arènes d’Arles

296
0

LA CHRONIQUE DE DANY COEUR – Bonjour, je suis le mur du tunnel des toreros des arènes d’Arles

Bonjour,

Je suis le mur du tunnel des toreros des arènes d’Arles.
Les bravos sont terminés, il n’y a plus personne.
Je suis certain que vous n’avez jamais eu une petite pensée pour moi…
Je ne suis pas rancunier j’ai eu ma part de gloire.
C’est tout contre moi que certains banderilleros posent leur cape.
Pas derrière eux, non juste en face.
Je les soulage les pauvres, ça pèse lourd ces trucs vous pouvez pas savoir.
Alors je me fais doux et je transmets les ordres à toutes les pierres qui dépassent.
La première qui tire un fil aura à faire à moi à la fin de la feria.
Vous de l’autre côté vous croyez peut -être que c’est simple de gérer tout ce personnel.
Et non, il faut tout vérifier…
Enfin le paséo va commencer.
Je rends à regret tous ces chefs d’œuvre de broderie.
Quand ils revêtent leur cape, c’est le pire moment.
Ils traînent un peu à rassembler les plis.
Il faut que tout soit parfait.
Ces quelques minutes sont essentielles pour évacuer la peur.
On compte les plis pour ne pas penser à autre chose.
Le passage de l’ombre à la lumière.
Ils ont encore le choix mais dans ma longue vie de mur je n’en ai encore jamais vu un abandonner.
Ce sont des hommes exceptionnels.
Je peux le dire, je les connais par coeur!
Bon, on se revoit en Septembre???

Photo Dany Cœur

296

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *