OLIVENZA – Pluie d’oreilles pour la matinale et déception pour la clôture.. (photo Ruedo de Olivenza FIT)

OLIVENZA – Pluie d’oreilles pour la matinale et déception pour la clôture.. (photo Ruedo de Olivenza FIT)

OLIVENZA – Pluie d’oreilles pour la matinale et déception pour la clôture.. (photo Ruedo de Olivenza FIT)

99
0

Pour la corrida du dimanche matin, devant 3/4 d’arène triomphe de la terna qui a coupé 8 oreilles au toros de Victoriano del Rio inégaux de présentations et de comportements.

Enrique Ponce a offert deux leçons de toreo, d’abord avec le premier, manso à souhait qu’il su soumettre pour en tirer le meilleur puis avec le quatrième de meilleur son avec qui il composa une faena magistrale de temple. oreille et deux oreilles. (vidéo plus bas)

Antonio Ferrera, laissa le soin à sa cuadrilla de banderiller le second toro de la matinée, ce qui ne plut guère au public extremeno. Le natif d’Ibiza trouvant d’emblée le bon tempo face a un toro noble avec lequel il réalisera une faena esthétiquement aboutie notamment à droite avec des passages templés et relachés. avec le quinto, il construisit une faena de pouvoir et de domination devant un toro faible et de peu de transmission. A base de décision il reussit à connecter avec le public avant de conclure par entière. deux oreilles et oreille.

Andres Roca Rey, débuta par deux cambios la faena du troisième qui comprit de bons moment, le péruvien insistant pour toreer par le bas ce qu’il arriva à faire par intermittence. final encimista et entière. Avec l’ultime, sous la pluie, le natif de Lima débuta genoux en terre pour tenter de capter le public, ce qu’il fit, avant de finir son labeur par redondos. conclusion rapide. Oreille et oreille.

 

Le soir, en clôture et devant des toros de Victorino Martin, Garcigrande, Domingo Hernandez et Zalduendo la seule oreille est allée a Gines Marin.

Antonio Ferrera, venu remplacer El Juli, ne put que distiller quelques tandas meritoires face au premier de Zalduendo juste de forces. Face au Victorino Martin sorti en troisième position, qu’il lidia bien au capote, il dut faire front devant un toro aux idées peu claires, qui cherchait les chevilles. Il su tirer le meilleur de son opposant surtout par de superbes naturelles. Hélas une conclusion défectueuse le priva d’un trophée. Avec l’ultime de peu de transmission Ferrera su connecter avec le public notamment sur une série de redondos genoux à terre. Insufisant pour repartir avec une oreille en poche. Silence, ovation et ovation

Gines Marin coupa une oreille avec le deuxième toro de la tarde, de Garcigrande avec lequel il composa une superbe faena, esthétique et relâchée avec des naturelles données au centre magnifique. Il ne connut guère d’options de triomphe avec l’ultime de Zalduendo. Face au cinquième de Victorino, élevage qu’il rencontrait pour la première dois depuis l’alternative, executa un trasteo méritant notamment grâce à une main gauche splendide. Orielle, ovation et silence.

https://www.youtube.com/watch?v=A0bkik9MvLA

 

99

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *