2017 l’année de JUAN BAUTISTA – les chiffres

2017 l’année de JUAN BAUTISTA – les chiffres

2017 l’année de JUAN BAUTISTA – les chiffres

378
0

Il le dit lui même ” 2017 restera comme une année des plus abouties”, une phrase qui sonne comme un refrain de plus en plus fréquent tant rien ne semble arrêter le maestro arlésien, en évolution constante et qui parait dans une forme olympique depuis deux saisons.

Une tendance qui ne semble pas prête de s’arrêter la puisque,toujours selon le natif de Arles “je sens que j’evolue de jours en jours et je ne pense pas encore avoir atteint mon maximum, le meilleur de Juan Bautista est a venir”.

Une saison, des plus réussie donc, avec des moments d’intenses emotions,de défis, de triomphes..parmi lesquels et pour ne citer qu’eux, le seul contre six de Nîmes, les Adolfo Martin a Madrid, un rabo coupé a Mont de Marsan, fait unique en 45 ans, ou l’indulto d’un toro de Rehuelga..

Juan Bautista a su tout au long de la saison alterner les élevages et les encastes ne se refusant aucuns défis, et sachant s’adapter a tous les toros, tout en recherchant la profondeur et l’esthétisme, lui a qui l’on reprochais souvent d’etre un peu froid et trop technique, trop facile..

Bilan: 37 corridas, 60 oreilles, 2 queues, 21 faenas de deux oreilles.

81 toros estoqués de 33 elevages différents dont 8 Adolfo Martin, 4 Victoriano del Rio, 4 Alcuruccen, 4 Fernando Pena, 3 La Quinta et 2 Victorino pour ne citer que les plus renommés.

30 plazas de toros avec notamment 3 paseos a Madrid et Nimes mais aussi, 2 en Arles et Mont de Marsan ainsi que des arènes comme Dax, Pampelune, Logroño, Valencia, Vic-Fezensac ou Alicante.

Parmi les faenas les plus importantes, celles réalisées a Logroño face a un excellent toro de Victorino Martin, Nîmes avec les exemplaires de La Quinta et Jandilla lors de son seul contre six a Pentecôte, ou face au Victoriano del Rio aux Vendanges. Comment ne pas citer la faena monumentale de classe et de profondeur réalisée a Mont de Marsan face a un excellent toro de vuelta de La Quinta, auquel Juan Bautista coupa les trophées maximum ou cette leçon de tauromachie donnée a Vic-Fezensac face a un adversaire compliqué de Alcuruccen..

Enfin, un indulto, celui de “Revoltoso” N°22 de la Ganaderia Rehuelga, le 11 juin a Sotillo de la Adrada.

Une saison immense, que l’on souhaite évidement bien moins bonne que celle qui pointe désormais le bout de son nez.

https://www.youtube.com/watch?v=hpEy8oOc8tM

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *