INFO // LOÏC AUZOLLE : “J’ai pris la décision de faire ma dernière saison au trophée des AS en 2019, pour aller ensuite au trophée honneur”

INFO // LOÏC AUZOLLE : “J’ai pris la décision de faire ma dernière saison au trophée des AS en 2019, pour aller ensuite au trophée honneur”

INFO // LOÏC AUZOLLE : “J’ai pris la décision de faire ma dernière saison au trophée des AS en 2019, pour aller ensuite au trophée honneur”

863
0

INFO // LOÏC AUZOLLE : “J’ai pris la décision de faire ma dernière saison au trophée des AS en 2019, pour aller ensuite au trophée honneur”

Dans un interview accordé à TORIL TV, le raseteur Loïc Auzolle, quadruple vainqueur du Trophée des AS, s’est confié sur son avenir :

Pourquoi ce choix ?

“Je fais ce choix car je n’ai plus la volonté d’être le N°1, mais j’ai toujours une envie dévorante de raseter. Si je veux aller au trophée honneur, c’est parce que j’ai la volonté de rendre aux jeunes taureaux, ce que leurs prédécesseurs m’ont donné, et faire en sorte, dans la mesure de mon possible, d’aider les jeunes taureaux et raseteurs à progresser.

Selon moi, les taureaux plus jeunes sont le futur de la course camarguaise, ce sont les plus oubliés dans les débats souvent, mais ce sont eux à qui nous devrions accordés toute notre attention. Un taureau qui est au trophée des As doit savoir se faire respecter et être capable de se défendre, mais cela passe par l’apprentissage dans sa jeunesse, et je pense pouvoir être plus utile là.

Et puis, il y a une nouvelle génération de raseteur exceptionnelle. Je prend plaisir à les voir raseter, il est dur de rivaliser avec eux, autant les laisser s’exprimer comme certains plus anciens l’ont fait à mon époque.”
Que retiendras-tu de cette fabuleuse carrière aux AS ?
“Ce que je retiendrais, ce n’est que du bonheur, des moments d’adrénalines, tout ces grands taureaux que j’ai pu croiser comme Garlan, Rodin, Michou, Virat, Mathis, Camarina, Montvert, Guépard et encore beaucoup d’autres, puis les victoires dont j’ai rêvé enfant aussi, de grands 1/4 d’heure que j’ai eu la chance de vivre, mais surtout, ce que je retiens, c’est le bonheur apporté à mes proches. Je pense tout particulièrement à mon père, qui à vécu tous ces moments de victoires, intensément car il a raseté aussi et, il sait ce que ça coûte d’en arriver là, mon grand-père qui me suivait partout avant qu’il ne parte, ma mère et mes soeurs qui seront plus rassurées quand j’aurais réellement fini, mais qui ont partagé ces moments à une période où ce n’était pas simple, et puis ma femme et mes enfants qui n’ont rien demandé, qui ne m’ont jamais retenu dans ma passion et dans mon investissement pour les taureaux, et puis enfin, les quelques amis qui me suivent partout depuis les premières courses, qu’ils soient de la région ou non. En fait, je crois surtout, que j’ai de la chance, car au fond quand je vais raseter, je suis encore ce gamin qui promène dans Le Cailar avec son vélo pour trouver une ferrade et raseter dans les bouvau pas plus, j’aime ça, je vis pour les taureaux et j’organise toute ma vie autour des taureaux, le reste ce sont des choses d’adultes. “
De nouvelles responsabilités sur Toril tv , est-ce aussi ça qui a motivé ton choix ?
“Mes nouvelles responsabilités n’impactent pas ce choix, car c’est aussi pour moi un autre moyen de continuer à partager ma passion des taureaux au grand public, arriver à leur faire voir et comprendre ce que je vois avec mon oeil de raseteur, et c’est complémentaire, mais complètement différent d’être raseteur, car être raseteur ça ne se raconte pas, ça se ressent. On passe par pleins de moments en rasetant, mais ça m’a aussi fait grandir en tant qu’homme et aujourd’hui j’essaie du mieux que je peux de le faire partager, et ces nouvelles responsabilités me permettent de vivre encore pour ma passion et d’y apporter encore autre chose.”
Le raseteur Loic Auzolle a-t-il encore des choses a prouvé devant les taureaux ? des objectifs ?
“Oui j’ai toujours des choses à prouver tant que je serais en blanc et même après, l’important au final ne sont pas les victoires mais ce que je vais faire avec .Je serais raseteur toute ma vie et cela fait partit de l’esprit du raseteur d’avoir toujours quelques choses à prouver ou un défi à relever. D’ailleurs, je n’ai toujours pas gagné la cocarde d’or, donc oui c’est encore un challenge pour moi.”
SUERTE LOÏC
PHOTO BY MY ART

863

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Praesent justo dapibus Donec tristique felis dolor. libero