Home ACTUALITES TAUROMACHIE ISTRES – Novillada 6 août 2017 – Les trois novilleros et la ganadera a hombros

ISTRES – Novillada 6 août 2017 – Les trois novilleros et la ganadera a hombros

ISTRES – Novillada 6 août 2017 – Les trois novilleros et la ganadera a hombros
369
0

La temporada istréenne ne pouvait pas se clôturer de plus belle manière : les trois novilleros a hombros avec la ganadera locale Juliette Fano

Les novillos de Fano ont offert une grande après midi que les trois novilleros n’ont pas laissé passer devant plus de mille personnes qui garnissaient copieusement les arènes du Palio.

Vincent Perez, élève de l’école taurine d’Arles mais istréen de souche, ouvrit les débats avec avec un bon premier novillo qu’il exploita avec douceur. Vincent progresse, cela se sent dans la qualité de son toréo. Il aurait coupé l’oreille si l’épée ne lui avait pas fait défaut. A son second novillo qu’il réceptionna de bien belle manière, Vincent eut le courage de revenir en piste après une terrifiante voltereta et servit au public istréen sa plus belle prestation de l’année. L’estocade a recibir qui laissa le novillo sin puntilla lui assurera le triomphe. Deux oreilles.

« Solalito », de l’école taurine de Nîmes, toréait aujourd’hui sa deuxième novillada de sa vie. Son premier novillo était le plus coriace du lot et il se rattrapa avec son second Fano, le meilleur de l’après midi. Ce novillo fut primé par un tour de piste final. « Solalito » instrumenta alors une bien jolie faena. La qualité des muletazos suaves et longs aura touché le public istréen qui n’hésita pas à demander les deux oreilles pour le jeunes novillero nîmois, tellement heureux de triompher au Palio.

Mais incontestablement, les arènes d’Istres ont vibré avec le jeune vénézuélien, Jose Antonio Valencia qui remplaçait Juan Collado. C’est très simple, il sait tout faire : s’arrimer comme un lion, transmettre sa joie, il banderille aussi et torée a gusto. Quel plaisir de voir un jeune aussi heureux en piste ! Quatre oreilles ! Quelle grande après midi de toros a offert ce jeune loup qui n’a pas fini de faire parler de lui… Varié à la cape, spectaculaire avec ses deux portas gayolas, banderillero alluré et dynamique, ses deux faenas auront été marquées aussi par la grande qualité de son toréo.

Cette novillada se clôtura dans l’euphorie générale au son d’une Peña Chicuelo inspirée.

Jose Antonio Valencia rafla la mise des trophées : celui de Pierre Pouly et celui des Areneros et Aficionados Istréens.

Reseña : Yoan Clément Morcillo. Photos : Jean-Pierre Souchon.

Publication : Patrick Colleoni – torobravo.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *