L’AVENIR EST EN MARCHE

 

Il est des après-midis qui rassurent, pour le devenir de notre culture, et de cette richesse si rare que constitue la course camarguaise. Samedi, dans les arènes de Fontvieille, était organisée la première des deux finales des ligues, saison 2019. Et il faut dire que l’affluence, tout d’abord, était au rendez-vous, tout comme la qualité du spectacle qui enchanta grands…et petits. Car la jeunesse, victime de l’aveugle politique française, était, elle aussi, bien présente sur les gradins, mais aussi en piste, à l’image de ceux, devenus raseteurs, et qui respire la passion d’une intensité crève l’œil. Charrade, Chelih, Diniakos, Kailali, Marzouga, Orcel, Panicucci et Ranc sont les noms des futurs hommes vêtus de blanc, qui devraient, non peut-être pour tous mais dans tous les cas certains, faire briller les yeux des afeciouna dans les années à venir. Car ils en ont montré de l’envie sur cette course. La rage aux tripes, jouant des coudes, voulant passer, toucher la tête, lever l’attribut et s’envoler dans les airs accompagnés de leur adversaire, autant fougueux de jeune âge et emplis de promesses qu’eux. Il y a eu ce taureau de Bon sorti premier, tellement volontaire et plaisant dans les séries. Le Layalle très sérieux, se faisait déjà remarquer comme cocardier aguerri. La manade Rambier-Cavallini menait quant à elle un petit pensionnaire au caractère affirmé, ripostant d’énergie. Plo détient une valeur sûre en ce n° 349, au répondant cocasse ! Le Nicollin laisse entrevoir une tendance barricadière agréable et celui du Ternen des finitions motivées. Quant à Saumade, une perle copiée sur un certain “Pourpier” refroidit un temps la dynamique. Dangereux, réfléchi, laissant peu de place aux erreurs, il est à cinq ans seulement, un concentré d’atouts précieux. Enfin, la manade Chauvet, que certains ont oublié, revient dans la bataille avec un élément fantastique à souhait, tellement impliqué et d’une agressivité sans précédent. Une chose est sûre, aucun manque de logique légale ne sera assez fort, pour empêcher jeunesse taurine et fruits de sélection d’élevages, de se rencontrer pour briller de cette façon.

 

*photographie Norbert Gauthier