CUPIDON A BEAUCAIRE en 2019.

Une Chronique de Loic Auzolle

Quand la sonnerie retentit pour la sortie de Cupidon la pression est à son comble. Joachim Cadenas est à 30 points, Vincent Marignan qui a fait une remontée spectaculaire en est à 27 points et Youssef Zekraoui à 25 points.

Comment Cupidon va-t-il gérer ça ? Ce taureau connu pour ça noblesse, peu habitué à une telle pression, aura-t ’il la carrure d’assumer le poids que porte son frontal et ces quelques points qui peuvent tout faire basculer pour l’un ou l’autre des trois prétendants à la victoire de cette Palme d’or ?

A l’attaque ! Et quelle surprise ! Cupidon comme à son habitude, navigue et cherche les espaces vides de raseteur, mais, chose qu’il ne faisait qu’en seconde partie de quart d’heure, Cupidon laisse passer les rasets, s’engage peu et ne se concentre que sur les sollicitations où il aura toutes ses chances.

Une énorme enfermée sur le premier raset de Youssef donne le ton quant à sa forme du jour.

Le taureau y est !

Les départs s’enchainent un peu dans tous les sens, mais Cupidon reste vigilant, concentré, il choisit minutieusement ses charges et se donne à 100% une fois que la sollicitation est loyale. Il fait preuve d’une immense maturité, d’un sens de l’analyse aigu et d’une expérience incroyable.

Cette action sur Vincent Marignan témoigne de cette expérience acquise. Il en laisse passer plusieurs, se détachant du terrain des planches et forçant les raseteurs à se décoller.

Mais Vincent, resté non loin des barrières s’élance en tentant de le doubler. Et c’est justement ce que le taureau attendait. Il accélère sa foulée, et prend le galop. Il se place parallèle à Vincent Marignan, qui ne se démonte pas et va à la tête quand même. Le raset est lancé. La rencontre se fait très tôt dans au milieu de la piste et il reste une bonne vingtaine de mètres avant d’arriver à la barrière.

Vincent s’appui par obligation afin de pouvoir dégager l’espace de son bras entre lui et Cupidon. Mais le plus dur n’est pas passé. A l’arrivée à la planche Vincent prends son impulsion sur le marche-pied et la vitesse de course le fait s’envoler facilement. Mais Cupidon juste derrière tente de le toucher dans le saut, et y parvient. Dans l’action le taureau se jette sur les planches et envoi un immense coup de revers avec sa corne droite en accrochant le pied de Marignan, et le propulsant par-dessus les tubes. Une action pleine de conviction de la part de Cupidon, ne voulant pas se laisser dominer et usant de tout son savoir pour y parvenir.

Une prestation qui confirme que les taureaux d’expérience savent, et doivent savoir gérer ce genre de situation, et ils y sont prêt, pour la plupart.

Les grands cocardiers ont eux aussi besoin de leur bataille pour révéler leur vraie valeur.

(photo Didier Segarra)