Accueil ACTUALITES TAUROMACHIE PAMPELUNE (10-07-2019) Oreille avec petition de la seconde pour SEBASTIEN CASTELLA
video

PAMPELUNE (10-07-2019) Oreille avec petition de la seconde pour SEBASTIEN CASTELLA

1.33K
0

Plaza de Toros “Coso de la Misericordia”. Feria de San Fermin. Plein. 6 toros de Jandilla et Vegahermosa (1 et 6)

DIEGO URDIALES: ovation et silence

SEBASTIEN CASTELLA: silence et oreille

ANDRES ROCA REY: silence après deux avis et silence

Diego Urdiales écouta la  première ovation de la soirée à l’issue de son premier combat qui chargeait sans classe mais avec un fond de caste que sut exploiter le torero de La Rioja. Faena faite de patience puis de bon goût, en toreant de belle manière sur la rive droite, avec temple et toreria. Échec au moment de conclure.

Son second n’avait pas grand chose dans le ventre et ne s’employa guère d’emblée lors de la réception capote en main du riojano. Peu piqué, le Jandilla, très armé, arriva “desconfiado” dans la muleta d’un Urdiales sérieux et appliqué qui tenta de convaincre par un toreo sincère mais qui porta peu.

Sebastien Castella, après un tiers de pique pour l’anecdote, se montra brillant lors de son début de faena accoudé au tablas. Ce qui demeure comme la seule lumière d’une faena sans éclats, la faute en un toro dépourvu de caste, violent et offrant peu de jeu. Quelques valeureux passages droitiers. Impossible à gauche.
Le quinto mit les freins d’emblée dans les plis de cape du bitterois. Discret sous le fer. Castella brinda ensuite au bruyant respectable une faena débutée pieds joints au centre par passes “cambiadas”. Labeur méritoire du natif de Béziers marqué par le pouvoir et la décision dictée à un toro dépourvu de classe et plus violent que véritablement encasté. Castella dessina une œuvre majoritairement droitière de belle note en ciselant de puissant derechazos dans un terrain réduit. Final encimista avant de liquider le fauve d’une entière dans le haut, laissant tomber du palco la première oreille de la soirée avec pétition de la seconde.

Andres Roca Rey salua brillamment le joli troisième, bas et bien roulé. Superbe véroniques et demie de catégorie avant tiers de pique sans histoire conclu par un élégant quite par chicuelinas et tafalleras. Dans la muleta du péruvien, le Jandilla s’y avéra noble, mobile, avec de la classe et de la fixité. Andres Roca Rey initia son trasteo en grande pompe par derechazos puissants de rodillas avant d’administrer au fauve plusieurs séries droitières de grand son. Immédiatement connecté avec un public tout acquis à sa cause, le limeño signa ensuite deux importantes séries de naturelles. Trasteo de haute note sans grand chose à redire. Final par manoletinas de face avant que ne s’envole tout espoir de trophée après un échec avec la ferraille. Pinchazo suivit d’une demi douzaine de coups de descabello.
L’ultime, armé comme ses frères, se montra lui aussi plutôt discret face au lancier. Toujours très attendu, Roca Rey débuta par passe du pendula sans guère se mouvoir depuis le centre. Hélas le labeur du péruvien tourna court face à astado à la charge désagréable, sans caste aucune et menaçant par des “cabezazos” meurtriers. Epée en main, le natif de Lima, avec une épaule visiblement endolorie, manqua à nouveau de sécurité.

Ampliar

1327

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité - Futurosud.org
Close
adipiscing suscipit felis dolor. ut Curabitur sem,