Quand tout est réuni

 

C’est souvent quand on s’y attend le moins, se décidant d’aller garnir les gradins de telle arène plutôt qu’une autre, attiré par l’affiche ou sans plus, mais toujours animé de cet élan passionné, que, parfois, les yeux en voient de toutes les couleurs…ou plutôt de deux. Blanc et noir. Saint Rémy de Provence avait choisi le jour de la commémoration de l’Armistice pour organiser une journée hommage à l’Association des Eleveurs de Taureaux de Course Camarguaise (AETCC), avec une course à l’Avenir. Si elle fut quelque peu entach

ée par la blessure du talentueux raseteur des As Jamel Bouharguane, elle n’en fut pas moins explosive de sentiments. Des blancs motivés, travailleurs, investis de bout en bout, alors que même la saison touche à sa fin, aucune ombre de fatigue physique ne se laisse deviner. A l’aube de l’hiver et de la trêve sportive, c’est comme si chacun profitait des derniers moments de grâce avant de recommencer d’autres nouveaux objectifs. Quant aux noirs, c’est comme si la période reflétait l’apogée de leurs prédispositions au combat. A l’image d’Escapaïre de La Salierene, déjà remarqué, sérieux à souhait et dangereux mais surtout Campeon de Pages, récent vainqueur de la finale du Trophée des Raseteurs, intelligent, dominateur, criminel, qui annonce d’ores et déjà que l’on pourra bien compter sur lui l’année prochaine. Et si l’on pensait que Chicharito de Caillan n’avait plus de notoriété à faire, peine perdu, le cocardier est au rendez-vous plus que jamais, offrant des longueurs d’émotions dont lui seul a le secret. Des petites pépites avec Socrate (Agu), Joyko (Les Termes), Catigo (Sylvereal) ou Pepelle (Layalle) venaient compléter cette magnifique après-midi, dont on est tous friands.

*photographies Norbert Gauthier