SAINT-MARTIN-DE-CRAU. Les Cartels Officiels

SAINT-MARTIN-DE-CRAU. Les Cartels Officiels

SAINT-MARTIN-DE-CRAU. Les Cartels Officiels

866
0



La trêve taurine fut de courte durée pour les membres du club taurin Paul Ricard « La Unica » de Saint-Martin-de-Crau, très tôt au boulot dès la fin de temporada, pour concocter une édition 2019 de qualité.

Sous l’impulsion de Cedric Bernardi et Alexandre Guglielmet, chevilles ouvrières du club taurin craulen, c’est un programme attrayant qui a était dévoilé ce soir non loin des arènes Louis Thiers.

Comme il est désormais de coutume, les organisateurs locaux feront encore en 2019 la part belle aux éleveurs de toros français. D’abord le samedi avec une corrida portant les fers d’Hubert et Christophe Yonnet. Puis le dimanche ensuite avec la traditionnelle corrida de competencia qui verra concourir des toros Michel Barcelo, Roland Durand, Tardieu frères, Jalabert frères, Fano et Jacques Giraud. La novillada sans picadors du dimanche matin portera le fer des Frères Jalabert. Dommage que du côté de Nîmes un spectacle de même catégorie soit programmé le même jour…

Côté piétons il y a là aussi de nombreux espoirs de réussite. Javier Cortes, un habitué des lieux, a  marqué la temporada madrilène 2018 en signant une remarquable prestation le 2 mai face aux toros de El Tajo y La Reina, frôlant la grande porte. Thomas Dufau, seul matador tricolore de la feria, tentera en 2019 de capitaliser l’oreille coupée dans la capitale espagnole face à un toro de Pallares en fin de saison. Gomez Del Pilar est le plus méconnu de la terna du jour, mais son nom commence à circuler avec insistance dans le créneau des corridas dites dure, notamment après une confirmation réussi, toujours à Madrid, face aux toros de Victorino Martin.

Le dimanche c’est un mano a mano prometteur qui s’annonce, entre deux lidiadors hors pair. Fernando Robleño, qui a peut toréer en 2018, garde en lui cette rage de vaincre qui le caractérise. En 20 ans de carrière le madrilène s’est imposé en référence dans le circuit des élevages de respect en devenant notamment le chouchou du très exigeant public de Ceret. Octavio Chacon lui est en passe de devenir « le » torero lidiador par excellence. Depuis son retour au premier plan en 2016, le gaditano n’a de cesse d’impressionner. Impeccable dans la lidia, dominateur muleta en main, celui que l’on compare volontiers au Fundi sort d’une temporada 2018 remarquable conclue par un triomphe d’importance face aux toros de Victorino Martin à Nîmes.

En somme un programme pour le moins attrayant, qui devrait ravir l’aficion craulene, ce qui serait, avec l’espoir que les caprices de la météo laisse La Unica en paix, une belle et juste recompense.

866

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
consequat. id, quis, in eget felis