TAUROMACHIE // 4,5 MILLIARDS D’EUROS GÉNÉRÉS PAR L’ÉCONOMIE DE LA TAUROMACHIE EN 2017

TAUROMACHIE // 4,5 MILLIARDS D’EUROS GÉNÉRÉS PAR L’ÉCONOMIE DE LA TAUROMACHIE EN 2017

TAUROMACHIE // 4,5 MILLIARDS D’EUROS GÉNÉRÉS PAR L’ÉCONOMIE DE LA TAUROMACHIE EN 2017

388
0

TAUROMACHIE // 4,5 MILLIARDS D’EUROS GÉNÉRÉS PAR L’ÉCONOMIE DE LA TAUROMACHIE EN 2017

COMMUNIQUE SITE ARENESDENIMES.COM (texte C. Chay)

19.882 spectacles tauromachiques ont été organisés en Espagne lors de la saison taurine 2017, générant un impact économique de 4,5 milliards d’euros, soit 0,36% du Produit intérieur brut, avec une pointe à 1,5% pour la seule province de Castilla-et-León. Des chiffres présentés par la secrétaire technique de l’Association nationale des Organisateurs de Spectacles taurins (ANOET), Mar Gutiérrez, qui a précisé que les courses populaires représentaient 92,3% de l’étude, soit 18.357 spectacles, contre 7,7% pour les quelques 1.500 corridas formelles. L’augmentation du nombre de courses populaires au cours des dernières années a par ailleurs favorisé la stabilisation du nombre de corridas, novilladas et courses de rejón jusqu’alors en baisse.

A ce jour, la Communauté valencienne est leader en termes de spectacles de rue avec pas moins de 9.759 manifestations taurines en 2017. Le territoire valencien est suivi par celui de Castilla-et-León avec 2.345 spectacles, puis par la Navarre avec 1.648, Castilla-La-Mancha avec 1.6054, l’Aragon avec 1.215, l’Estrémadure avec 658 et l’Andalousie avec 655, entre autres…

Au cours de cette congrès, l’avocat sévillan Joaquín Moeckel, représentant légal de la direction de la Real Maestranza de Caballería et de plusieurs toreros vedettes, a demandé officiellement que la Tauromachie bénéficie de la même « auto-régulation » appliquée au monde du football, en assurant que « la culture ne peut supprimée légalement », réponse directe à ceux qui prétendent organiser un référendum sur les spectacles taurins en Espagne. Me Moeckel a appuyé ses propos en affirmant qu’il n’y avait pas « à justifier la défense de la Fiesta Brava » tout en prétendant qu’une meilleure protection de la Tauromachie passait « par la qualité du spectacle ». « Le toreo est un berceau de liberté » a-t-il enfin lancé à l’assistance en guise de mot de conclusion.

388

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *