VIC-FEZENSAC (8-06-2019, soir) THOMAS DUFAU sort par la Grande Porte

VIC-FEZENSAC (8-06-2019, soir) THOMAS DUFAU sort par la Grande Porte

VIC-FEZENSAC (8-06-2019, soir) THOMAS DUFAU sort par la Grande Porte

169
0

Arènes de Vic-Fezensac. Feria de Pentecôte. 6 toros de Cebada Gago bien présentés, dans le type de leur encaste et qui, bien qu’affichant un fond de mansedumbre, ont animé la tarde.

OCTAVIO CHACON: saluts et saluts

RUBEN PINAR: silence et sifflets

THOMAS DUFAU: oreille et oreille

Octavio Chacon a un peu déçu lors de cette première corrida où beaucoup d’aficionados attendaient plus du jerezano qui ne domina pas vraiment son sujet, surtout face à son second adversaire. Il prit très vite la mesure du premier qu’il conduisit vers le centre par bonnes véroniques rématées par une revolera, le faisant ensuite châtier à trois reprises, le bicho s’employant plus à la première rencontre qu’aux deux suivantes. Débutée par passes hautes en gagnant du terrain, la faena ambidextre (brindée à Manolo Vanegas) fut de correcte facture mais sans transmission, Chacon s’employant à faire passer son adversaire sans jamais vraiment assoir sa domination. Final par derechazos brouillons avant entière caida. Salut.

Il sut capter le quatrième dans son capote pour le mener vers le centre avant de laisser son picador saboter le premier tiers en piquant très en arrière et en pompant lors de trois rencontres assassines. Le cavalier fut hué à sa sortie. Muleta en mains, on ne reconnut pas le lidiador habituel. Certes le Cebada n’était pas un enfant de chœur, mais alors qu’il ne fallait surtout pas douter, le garçon enclencha la marche arrière et le cornu prit le dessus. On assista alors à une partie de gagne-terrain qui, au final, tourna à l’avantage du quadrupède, Chacon prenant quelquefois l’avantage sur la main droite mais obligé de rompre sur le bord opposé. Quasi-entière trasera au cinquième assaut. Arrastre applaudi et salut du piéton.

 

Ruben Pinar est passé par Vic et, à part le souvenir de ses vociférations, rien de ses deux prestations ne restera dans les mémoires. Face au second qui prit deux rations de fer, il fut transparent au dernier tiers, toréant en permanence avec le pico à droite comme à gauche. Entière contraire après deux pinchazos. Silence.

Pas mieux avec le quinto qui passa deux fois dans les mains du lancier de service, sortant seul du peto les deux fois. Au dernier tiers, l’animal prit le dessus et Pinar ne fut jamais en mesure de prendre la direction des affaires, paraphant son insignifiant trasteo par un infâme bajonazo. Sifflets.

 

Le vainqueur de la tarde fut Thomas Dufau, même s’il convient de modérer un peu ce triomphe qui, en d’autres temps et comme celui du matin, n’aurait pas existé. Face à son premier, RAS au capote avant trois rencontres d’inégale intensité avec la cavalerie. Si le début de faena fut un peu hésitant avec pasitos atras, Thomas se relança sur quelques derechazos plus convainquants où le public le suivit et l’encouragea. Le garçon regonflé par ce soutien se lança alors dans une faena majoritairement droitière de bonne facture qu’il conclut par une lame traserita et tendida efficace. Oreille d’encouragement (un peu généreuse) protestée par une partie du public.

Face au sixième, de loin le meilleur toro de la tarde, Thomas débuta par correctes véroniques et demie près des planches. Après une pique pompée et une pique trasera, le landais se lança dans une seconde faena ambidextre (brindée à Manolo Vanegas) où il sut donner la distance et accompagner les bonnes charges de son opposant mais sans se mettre vraiment au niveau des qualités d’un toro qui s’employa avec beaucoup de noblesse et de classe. Entière caidita et oreille d’un Cebada qui aurait dû perdre les deux dans les mains d’un torero plus expérimenté.

Reseña et photos ==> Patrick Colléoni / Torobravo

169

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Praesent facilisis venenatis Donec quis consequat. felis libero ut