ARCHIVE // Une grande fête populaire 1984 – CHRISTIAN CHOMEL vainqueur pour la 3ème fois consécutive devant THIERRY FERRAND, LUC MEZY et JACKY SIMEON – SAMOURAÏ (Saumade) BIOU D’OR

ARCHIVE // Une grande fête populaire 1984 – CHRISTIAN CHOMEL vainqueur pour la 3ème fois consécutive devant THIERRY FERRAND, LUC MEZY et JACKY SIMEON – SAMOURAÏ (Saumade) BIOU D’OR

ARCHIVE // Une grande fête populaire 1984 – CHRISTIAN CHOMEL vainqueur pour la 3ème fois consécutive devant THIERRY FERRAND, LUC MEZY et JACKY SIMEON – SAMOURAÏ (Saumade) BIOU D’OR

311
0

ARCHIVE // Une grande fête populaire 1984 – CHRISTIAN CHOMEL vainqueur pour la 3ème fois consécutive devant THIERRY FERRAND, LUC MEZY et JACKY SIMEON – SAMOURAÏ (Saumade) BIOU D’OR

Il y avait là, en tenue impeccable, le Réveil Indépendant de Vauvert, l’Association Musicale de Grans, les groupes Nemausa-Provence, La Fount de Nimes, La Souleiado de Marguerittes, les Farandoleurs Cheminots Nimois, la Société Musicale de la Vaunage, la Pena Chicuelo II, les gardians de la manade Fabre-Mailhan.

L’affiche de cette finale présentait 7 des meilleurs cocardiers du moment dont le ” Biòu d’Or 84″, Samourai, de la manade Saumade accompagné d’Agouta de Guillierme, Papounet de Chauvet, Charlot de Ribaud, Fidélio de Laurent, Ourrias de Lafont, Minos de Blatière.

Devant un public toujours prêt à vibrer aux exploits des taureaux et des raseteurs, la course fut dans son ensemble fort intéressante, homogène et sans temps morts, grâce à des ocardiers tous très combatifs et des raseteurs à l’activité inlassable.
Certes, cette course n’atteignit que rarement les hauts sommets et aucun taureau ne surpassa outrageusement les autres.
bien pu y prétendre.

Mais il y eut cependant cependant quelques actions d’éclat sur de magnifiques cites de Christian Chomel et de violentes ripostes de certains cocardiers tels Papounet, Fidélio et Ourrias qui soulevèrent la foule et entretinrent l’in- térêt tout au long de cette finale, somme toute fort applaudie.

A l’issue de la course et à la lecture du palmarès, c’est Papounet de la manade Chauvet, sorti second qui fut déclaré meilleur cocardier de la finale. C’était mérité mais Fidélio de Laurent aurait tout aussi bien pu y prétendre.

Papounet, donc, le meilleur de la course fut aussi une révélation pour le grand public, car il était encore peu connu en début de saison. Taureau de 11 ans, il fut longtemps sauteur impénitent et sans la ténacité de son propriétaire, il aurait pu déjà être dirigé vers l’abattoir. Mais l’éleveur de Cadenet avait su déceler des qualités supérieures aux défauts de ce taureau en qui il garda toujours confiance. Bien lui en prit, et voilà Papounet au sommet des courses camarguaises après cette belle course de sérieux cocardier, vigoureux et combatif, avec un bon placement et de violentes ripostes poussées jusqu’au pourtour.

Après lui, Fidélio, de Laurent, fut aussi, un excellent et dangereux cocardier, cornes toujours pointées en avant jusque souvent au-dessus des planches. Certes il est parfois distrait et au centre de la piste réagit de temps en temps à contre-temps, mais quand il est bien consenti, il fonce jusqu’au bout et il ne ferait pas bon de s’attarder à la barrière. C’est ainsi qu’il a plusieurs fois réagi avec vigueur aux cites de Christian Chomel.

Quant à Ourrias de Lafont, il fut très applaudi à son arrivée en piste. Face aux tenues blanches, il sut réaliser de vives enfermées, obligeant maintes fois les hommes à rompre ou à ne passer que de justesse. Chomel en profita pour faire encore admirer son grand art avec un extraordinaire cite d’un bout à l’autre de la piste, terminé au-dessus des planches. Puis la lutte Siméon -Chomel grandit en intensité pour un beau final très applaudi du public.

Agouta de la manade Guillierme était sorti en premier. Il s’en sorti assez bien avec de bonnes séries et put conserver sa ficelle jusqu’au bout grãce à son coup de revers fort prononcé.

Charlot de Ribaud sortit 3eme. Il se fixa le plus souvent devant le toril et là repondi à de belles séries mais sans riposter aussi fort qu’a Arles le 30 septembre. Il mit cependant a son actif de soudaines et terriblement rapides des fusées qui mirent maintes fois en péril les tenues blanches.

Samourai de Saumade, était 4eme et il apparut en piste avec sa devise de gala. Il ne fut peut être pas aussi vigoureux qu’a l’accoutumée mais donna cependant du jeu à sa course avec de judicieux déplacements, quelques sérieuses enfermées et de complètes poursuites. Il n’est certes plus le taureau à sensation de 82 et 83 mais sur l’ensemble de sa saison taurine 84, il mérite bien son titre de Bioù d’or.

Minos de Blatière, dernier du concours termina la finale sur une note gaie avec une dizaine de spectaculaires coups de barrière très engagés au-dessus des planches, notamment après Chomel, Siméon, Tognetti, Auguste et Mézy.

Pour cette finale, le nombre de raseteur avait été limité à 20 avec 10 tourneurs. En fait, ils n’étaient que 18 à la capelado, dont toutes les vedettes du crochet. Il en résulta une fort belle activité très soutenue de la part de ces tenues blanches, chacune selon son tempérament et son style, avec cependant une mention spéciale aux deux As, Christian Chomel et Jacky Siméon qui se livrèrent une lutte en tous point remarquable.

LE PALMARES

TROPHEE DES AS 1984

1* Prix: Christian Chomel 1040 pts
2* Prix : Thierry Ferrand 929 pts
3* Prix: Luc Mézy 861 pts
4* Prix : Jacky Siméon 769 pts
5* Prix Jean-Marc Tognetti 747 pts
6* Prix Dominique Auguste 691 pts
7*Prix : Frédéric Lopez 557 pts
8* Prix: Morade Bourmel 477 pts

BIOU D’OR 84
Samourai de la manade Saumade

MEILLEUR TAUREAU FINALE

Papounet de la manade Chauvet

ARTICLE CAMARIGUO MP  – Photo NAVAL – GAUSSEN

311

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Donec Sed ut velit, Nullam libero risus massa