COURSE CAMARGUAISE – Les finales de Saint Laurent d’Aigouze et Paluds de Noves

Compte rendu Midi libre Eric Auchan et Ventadour – A retrouver sur le blog de Martine Aliaga. PHOTO COUVERTURE : Claudie

SAINT-LAURENT-D’AIGOUZE *AVENIR/ESPOIR*

Course du dimanche 3 septembre 2017

Beluguet – Clarion pour la finale

Le 22e Printemps des Royales
à la manade Lagarde et Rodrigue Ortiz

saint-laurent-d'aigouze,printemps des royales,course camarguaise

Beluguet à l’assaut après Christophe Clarion
Bonne entrée pour cette 22e finale du Printemps des Royales. En ouverture deux biòu de la manade Cuillé sont travaillés par les jeunes de l’école taurine locale. Agréable avant-course où bétail et hommes offrent un travail de qualité. Chez les aînés, Clarion se distingue par son travail de tous les instants. Véritable locomotive, il entraîne ses camarades, tous suivent le rythme. Chez les cocardiers, Beluguet, véritable petite bombe, obtient la faveur du jury, Galaad spectaculaire et Rubicon cocardier se distinguent dans cette bonne cuvée 2017.
Dingo (Blatière-Bessac, N.831).- Se donne avec vaillance en plaçant la corne à la planche. Doté d’un léger revers, il enchaîne, chasse les hommes, brise les planches. Malgré une grosse attaque en règle en fin de course, conserve ses ficelles. 4 Carmen.
Hélios (Saumade, N.970).- Ephémère pour cocarde et glands, il ne rechigne pas à la tâche pour la défense de ses ficelles. Vient fort sur les attaques sans pousser, se place aux bois, attentif, offre une belle longueur à Fouque et Clarion. Rend les armes à la 10e. 3 Carmen.
Felibre (Fabre-Mailhan, N.0106).- Avec un moral d’enfer, il se donne en venant placer dangereusement la corne au final. Bon partenaire, se dresse sur Fouque, pousse sur Clarion et Castell qui se met en danger. Meilleur dans les planches, il inquiète Pradier.  12 bonnes minutes. 6 Carmen.
Rubicon (Cuillé, N.963).- Sans doute le plus cocardier de l’aprés midi. Anticipe dans les séries, ne se laisse pas déborder, chasse les hommes, change de terrain. Quand il trouve sa place, se montre à son avantage. Cède ses premiers attributs à la 8e. Une préférence pour les gauchers mais le tout est agréable. En fin de quart d’heure dans la bourre, il trouve les ressources et ne cède son 2e gland qu’à la trompette. 6 Carmen.
Colbert (Laurent, N.031).- Brave sur le raset, peut venir se soulever aux planches. Avec un placement aléatoire, il prend les cites en force mais sort du raset. Un peu brouillon, il conserve une ficelle. 1 Carmen.
Galaad (Lagarde, N.120).- Grande carcasse aux cornes effilées. Rapide après l’homme, il s’envole sur Matéo, Clarion. Le travail diminue, il prend le centre. Castell dans la longueur avec les cornes contre les tubes. Encore de belles poursuites et rentre ses ficelles. 7 Carmen.
Beluguet (Nicollin, N.216).- Avec lui c’est brutal ! Prend une grosse série en venant taper violemment avec les cornes. De bons changements de terrain. Toutes les sollicitations finissent avec fracas contre les bois, de face, en travers,  tout est conclu avec force. Energique et avec un immense moral, il enchaîne les actions. Garde 1 ficelle. 10 Carmen et ovation.
VENTADOUR

GALAAD DE LA MANADE LAGARDE

Saint-Laurent-d'Aigouze,Printemps des Royales,course camarguaise

Gros coup de barrière de Galaad.
PHOTO VENTADOUR
Trophée de l’Avenir : Pradier, 14 points ; Castell, 6 ; Fouque, 6 ; Matéo, 1.
22e Printemps des Royales : sur la saison : manade Lagarde et Rodrigue Ortiz. A la finale, Christophe Clarion et Beluguet de Nicollin.
Course du dimanche 3 septembre.
Entrée : presque plein. Organisateur : CTPR Lou Bandot. Président : Thierry Cure. Raseteurs droitiers : Fouque, Castell, Vic, Pradier. Gauchers :  Matéo, J. Martin, Clarion ; Tourneurs : Arnel, Lebrun, Ruiz, Rado.

**************

LES PRIX

Saint-Laurent-d'Aigouze,Printemps des Royales,course camarguaise

PHOTO CHRISTIAN ITIER

PALUDS DE NOVES *41ème FINALE DE LA SAINT ROCH*

Dimanche 03 Septembre 2017 

LA CONSÉCRATION DE CAPÉLAN POUR LA MANADE LAUTIER..…

IMG_2547.jpg

Anticipation de Capélan (Lautier) sur le meilleur animateur Enzo Bernard

Entrée: Archi Plein. Organisateur: CT Les Paluds Présidence: F Ginoux Droitiers: Bressy, Bruschet, Guyon, Maurel, Michelier Gauchers: N Bénafitou, Bernard, Deslys Tourneurs: Dunan, Duran, Roux, Tourreau.

Joey Deslys remporte haut la main la 41ème finale de la Saint Roch talonné par Enzo Bernard meilleur animateur à qui il n’aura pas manqué grand chose pour revenir. Guyon et Maurel engrangent aussi. Tous travaillent en équipe mais mention à Bruschet pour ses prises des risque avec Capélan meilleur taureau de la finale. Époustouflant de rapidité, sa vitesse, ses accélérations font frissonner chaque départ soulevant les clameurs du public en haleine. Prix Francis Chaîne du meilleur taureau de la saison à Mistral de la manade Fournier pour sa course du 30 juillet. Un coup de cœur est décerné à Rémi Guyon pour son infatigable carrière et un bouquet pour le jeune retraité du club taurin Sébastien Gonfond. Présidence énergique, autoritaire et enjouée de Florian Ginoux qui mène les débats avec maîtrise.

LOU BARRI (La Galère n°322) répond au déluge de rasets sans refuser mais après trois minutes il lui reste une ficelle. Bernard s’illustre (coupe, cocarde, gland et ficelle). Bruchet et Bressy se font enfermer. Combatif à souhait il réussit l’exploit de conserver sa seconde ficelle en musique jouée cinq fois. Deux minutes et BEUCAIRE (Guillierme n°605)défend ses ficelles. Vaillant son placement décollé lui fait subir la pression et Guyon (2 ficelles) stoppe le chrono après huit minutes de bravoure. 1 Carmen. La vaillance de BOURBON (Langlade n°019) est mise à rude épreuve aux rubans. Il coopère en séries puis aux ficelles les rasets s’espacent et lui permettent de se rapprocher des planches. Avec un léger coup de revers il parvient à conserver sa seconde ficelle. Il termine agréablement la première partie mais éprouvé par son entame endiablée. 5 Carmen et retour.

Cocardier classique, CIGALON (Fabre-Mailhan n°675) se donne en série des deux côtés. Michelier lui sert un caviar et sent les cornes. Aux ficelles, il ne laisse rien sans réponse, inflige un pointe à la main de Michelier et crée le danger cornes en avant jusqu’au planches. Une ficelle au toril 4 Carmen et rentrée. L’éclair noir, CAPELAN (Lautier n°902) calme d’entrée l’ardeur en coinçant le pied de Maurel aux planches. Bernard puis Guyon font passer le frisson. La température monte avec Bruschet qui traverse la piste deux fois d’affilée dans les cornes. Les hommes font preuve de beaucoup de courage tant le taureau met la pression sur tous les départs. Il se propulse tel un félin et percute Deslys. Sur la sonnerie, Bernard lève la première ficelle sous les acclamations. Course exceptionnelle de ce petit taureau éblouissant qui rentre avec 14 Carmen et une standing-ovation. Difficile pour URSIN (Plo n°8105) de passer après un tel phénomène. Assailli, il réalise un saut impromptu derrière Deslys qui ne s’était pas accroché (ouf). Vite aux ficelles, il enclenche des poursuites rapides et des reprises appuyées jusqu’à sauter deux fois après Deslys et tamponner Bressy. Il résiste admirablement et rentre un bout de sa seconde ficelle. 8 Carmen et retour. Corpulent, CAROLIN (Ricard n°040) donne une dizaine de coups de boutoir ou sauts après les hommes en douze minutes. Tel un bulldozer, il va jusqu’à briser du bois après Deslys mais par rapport à Capelan qui a marqué les esprits on le croirai au ralenti. 2 Carmen dont rentrée.

IMG_2587.jpg

Le danger aux planches pour Joey Deslys poursuivi par Capélan (Lautier)

IMG_2598.jpg

Chaude arrivée de Rémi Guyon poursuivi par l’excellent Capélan (Lautier)

 

Texte et photos Eric AUPHAN 

Trophée de l’Avenir: Bernard (15) Deslys (6) Michelier (4) Bressy (2) 

Trophée des Raseteurs: Guyon (17) D Maurel (16)