FRONTALS CROISÉS // COYOTE – CHICHARITO (Manade Caillan)

COYOTE

Né d’un mélange Guillerme et Chapelle-Brugeas, le n°209 montre une grosse anticipation dès l’âge de 3/4 ans. Très précoce, le grand taureau à l’impressionnant berceau de cornes se distingue rapidement au trophée de l’Avenir où il sait déjà le métier et rentre souvent sa cocarde. Il rafle le titre de Bioù de l’Avenir dans les arènes de Palavas en 2008 alors qu’il n’a que six ans. En 2009, il participe à la finale des As et entame une belle carrière à ce niveau. Il est présent dans toutes les grosses courses à Beaucaire, Châteaurenard, Eyragues, Le Grau du Roi, Mouriès, remporte les Masters et le Trophée Camarina de Beaucaire, finit vainqueur de la très prisée Cocarde d’Or en 2012 dans l’amphithéâtre arlésien alors qu’il se fait respecter face à l’assaut donné par ses adversaires en tenue blanche. Pour autant, cette course marquera sa fin de carrière, où il montre un comportement beaucoup plus réservé, à dix ans. Il fait son apparition en 2018 lors des adieux à la piste de Benjamin Villard, un de ses meilleurs partenaires.

CHICHARITO

Le n°909 est, quant à lui, une pure souche Guillerme. Très sauteur à ses débuts, se révèle spectaculaire et barricadier à souhait et intègre le Trident d’Or où il se montre abordable mais dominateur. Avec un sens de l’anticipation peaufiné avec l’âge, et une vaillance à toute épreuve, il a sa place à la finale du Trophée de l’Avenir en 2015 à Châteaurenard d’où il ressort très méritant. A ce niveau, c’est le trio Marignan, Bernard et F. Martin qui le rasète souvent à son avantage et le met en valeur. Peu à peu, il gagne en notoriété, démarrant doucement pour toujours finir crescendo ses temporadas. Aux As depuis 2017, il s’est distingué dans de nombreuses arènes, remportant notamment le Trophée des Maraîchers de Châteaurenard. Sa tenue de piste et son sens du départ ont fait de lui l’un des cocardiers les plus en vue du moment.

FACE À FACE

Un parcours totalement différent pour ces deux numéros « neuf » de la manade provençale. N’imposant pas le même respect que son prédécesseur, Chicharito se montre plus abordable, plus généreux sur les sollicitations. Cependant, il est d’un naturel à s’amplifier tandis que Coyote, lui, démarrait fort pour s’éteindre sur la fin. Beaucoup plus craint et mieux armé, il se montrait plus froid que Chicharito, dont la franchise sur le raset est remarquable. De même famille, puisqu’il s’agit d’un oncle et de son neveu, les deux possèdent pour autant une qualité soutenue et pas des moindres : celle de l’anticipation.

Retrouvez plus de vidéos sur http://www.toril.tv