ILIASS BENAFITOU : “La course camarguaise fait partie de moi, elle prend une grande place dans ma vie, c’est ma passion, c’est ce qui me fait vibrer, c’est celle qui m’a procuré tant de joies et d’émotions”

Sur la saison 2020, je suis plutôt partagé. J’ai commencé une préparation physique intense, mais, qui a été freiné par l’incertitude de la situation et de la crise sanitaire qui nous a tous frappé. 

Des débuts que je qualifierai donc de difficiles, avec de gros rendez-vous en guise de reprise au vu de la reprise tardive de la saison. Mais dès le mois d’août, je me sentais déjà beaucoup mieux, ce qui m’a permis de faire un bon mois d’août/septembre. 

En ce moment, cela n’est pas évident. Au vu des restrictions, nous sommes moins libres de nos mouvements, il faut donc s’adapter et faire preuve d’innovation, quant aux entraînements et dans les lieux où l’on s’entraîne ! 

Mentalement, ce qui pèche, c’est l’incertitude du début de la saison, de comment elle va se passer, de son intensité. C’est très difficile. 

Je fais tout pour être prêt physiquement et attaquer la saison le plus sereinement et concentré que possible. 

J’ai connu des débuts plutôt difficiles, mon ascension a été freiné par de nombreuses blessures, qui étaient le résultat d’une mauvaise hygiène de vie. 

En 2014, j’ai eu un déclic, et j’ai décidé de me prendre en main, de faire les choses avec autant de sérieux que notre profession l’exige. Je me suis fixé des objectifs, et j’ai essayé de les atteindre, en y associant une bonne préparation physique. Ainsi, 2015/2016/2017, j’ai réalisé mes trois meilleures saisons. 

Et puis en 2018, rebelote : fracture de l’épaule. En 2019, je reviens, plutôt bien, mais je suis freinée par un coup de corne dans les arènes de Vauvert. 

Quant à 2020, année quasi blanche…. 

Espérons une année 2021 un peu meilleure, avec plus de rendez vous en piste possible! 

Mon objectif reste le même : prendre du plaisir, donner du plaisir aux personnes qui payent pour venir nous voir et me démarquer en rasetant les meilleurs taureaux du moment. C’est sincèrement ce qui me stimule et me motive, c’est un défi personnel. 

Je ferai équipe cette année encore avec mon oncle, Adil Benafitou. 

Les cocardiers que je souhaite retrouver pour cette saison ? Les meilleurs : Cupidon, Timoko, Landié, Boumian, Muiron, Apache, Quesaco. Et d’autres que j’oublie 

La course camarguaise fait partie de moi, depuis maintenant de nombreuses années, elle prend une grande place dans ma vie, c’est ma passion, c’est ce qui me fait vibrer, c’est celle qui m’a procuré tant de joies et d’émotions. Je suis toujours en manque de la course, encore plus au vu de cette période frustrante qui nous empêche de vivre de, et pour, notre passion. 

Au fil des années , la course camarguaise a beaucoup évolué, en bien souvent, et en moins bien, parfois. 

La médiatisation de la course camarguaise par Toril TV, les efforts et le travail que vous faites au quotidien pour permettre à notre sport de sortir de l’ombre, est une chose géniale, et c’est à souligner. Ce travail de médiatisation va permettre aux générations futures d’avoir beaucoup plus de visibilité, nous qui en manquons cruellement ! 

Je suis fier d’être acteur de cette merveilleuse discipline et de participer à la mise en valeur de notre région et de nos traditions. 

Mon état d’esprit, à l’aube de cette nouvelle saison, est toujours le même : attaquer la saison sereinement, dans de bonnes conditions, prendre du plaisir, en donner et surtout que les conditions sanitaires nous permettent de nous retrouver le plus de fois possible en piste !