JULIEN OUFFE : “Après 20 ans de carrière, j’ai un sentiment d’inachevé à cause du virus, mais je vais faire mes derniers rasets avec mon compagnon de piste, celui à qui je dois tout, le taureau de Camargue”

Photo couverture : Norbert Gauthier

Les saison 2020 et 2021 représentaient beaucoup pour moi. On ne sait jamais vraiment quand est-ce qu’il faut s’arrêter, à moins d’avoir une grosse blessure, mais ce n’est pas mon cas.

Et voilà qu’arrive l’impensable sur notre Camargue et nos traditions  ! « Un virus », une crise sanitaire ! Distanciations sociales dans nos arènes ! Des masques et du gel à l entrée ! Un couvre feu … Et je ne parle pas du plan vigipirate ….

Bref, une fin de carrière brisée…

À 39 ans, et 20 ans de carrière, avec des souvenirs plein la tête, j’ai un sentiment d’inachevé, d’emprisonnement, les jambes coupées, comme si quelqu’un me tirait par le T-shirt pour m’empêcher de raseter …

Pour 2021, ça va être très compliqué pour moi. Je suis un raseteur qui a besoin de liberté et d’enchaîner les courses les unes après les autres. Malheureusement, la crise sanitaire m’aura fait un petit peu décrocher, malgré moi.

Car aujourd’hui, et depuis maintenant un an, une nouvelle page s’écrit pour moi, en tant qu’élu sur ma commune de cœur (Mudaison), en étant adjoint au maire, délégué aux festivités traditions et agriculture.

Et aujourd’hui, en campagne pour les Départementales (en tant que remplaçant) de Brice BONNEFOUX, adjoint au maire à La Grande Motte, et la conseillère Sandrine Dubois Lambert en tant que remplaçante de Patricia Moulin Traffort, conseillère sur la commune de Valergues pour défendre notre territoire, et plus précisément pour le canton de Mauguio …

Le regard que je porte sur la course camarguaise est pour l’instant un petit peu flou. Effectivement, la médiatisation est très importante pour l’avenir et je dois avouer que Toril TV fait du très très bon travail, et je vous en remercie au nom de tous les raseteurs.

Il faut que ce soit festif, même s’il y a du danger, il faut que la course camarguaise reste l’élément clé qui fait venir les gens du monde entier pour visiter notre région, et également de faire déplacer les foules lors de nos fêtes votives .

La compétition reste la compétition. Mais que les raseteurs prennent conscience que le regard des spectateurs et des aficionados, en général, est très important ! Et là aussi, il y a du travail à faire.

Après, il y a également quelque chose à faire au niveau des écoles primaires, collèges … et je pense qu’il faut absolument toucher davantage les plus jeunes en leurs faisant découvrir, dès le plus jeune âge, le trésor qu’il va falloir défendre. Et pour cela, je pense qu’il faut les amener au cœur de ce trésor : Visite des Manades, visite dans le Parc Naturel de Camargue, courses d’écoles taurines pour les écoles, etc …. 

Pour l’année 2021, je n’ai pas de tourneur attitré malheureusement…

Mais je vais la jouer cool, et surtout oublier ce qu’il nous arrive, prendre du plaisir à travailler avec tout le monde.

Pour le côté préparation, rien d’extraordinaire pour ma part, j’ai la chance d’avoir un travail qui est parfait pour l’entretien physique, mais je souhaite tout de même faire un dernier au revoir à la piste, à tous les Clubs Taurins de cœur… et à tous les spectateurs qui m’ont beaucoup aidé psychologiquement avec leurs gentillesses, leurs encouragements et leurs applaudissements, qui m’ont aimé pour ce que je suis, et pour ce que je leur ai donné tout au long de cette belle aventure.

Et aussi faire mes derniers rasets avec mon compagnon de piste, celui à qui je dois tout !! 

”Le taureau de Camargue ”

Même si ce virus m’a enlevé ma fin de carrière, ce n’est pas grave pour moi. Le plus important, c’est que pour l’instant, j’ai la chance de n’avoir perdu personne de ma famille, et j’ai une grosse pensée pour toutes ces personnes décédées et pour toutes les familles .

J’ai également une grosse pensée pour tous les raseteurs, qui viennent de perdre un bout de leur carrière à cause de ce virus. Je croise les doigts pour que tout cela s’arrête, et je leur souhaite que du bonheur pour la suite de leurs carrières.