LA 48ème COCARDE D’OR
Elle fut aussi celle du souvenir et de l’amitié. Le 2 juillet 1979 avait lieu la mythique course arlésienne, la Cocarde d’Or, 48ème du nom. À cette occasion, la direction des arènes d’Arles, en la personne de Pierre Pouly, et sur la volonté de la revue taurine « Camariguo », organe officiel de la Fédération Française de la Course Camarguaise, avait décidé de remettre une coupe à l’ensemble des vainqueurs de la journée aux étoiles. À l’heure de la capelado, chaque ancien vainqueur fut appelé à se présenter en piste afin de recevoir la coupe de l’amitié, remise par une charmante arlésienne en costume, appartenant au groupe du Velout d’Arles et du Couple Provençal. De Granito à Barbeyrac, vingt-cinq raseteurs étaient ainsi mis à l’honneur, tandis que ceux disparus n’étaient pas pour autant oubliés. Le public, qui avait rempli les gradins jusqu’en haut, faisait retentir une chaleureuse ovation à tous ces gladiateurs d’un jour particulier. Les raseteurs de la course, une soixantaine, les rejoignirent ensuite pour la capelado, bien présentée, rehaussée des gardians de la manade Ribaud, en parfaite tenue. À l’issue de la course, l’heureux gagnant était connu : c’était le raseteur Frédéric Lopez qui remportait cette édition, devant Gérard Barbeyrac et Jacky Simeon. Son nom s’ajouta au palmarès tant convoité. Périclès de Lafont était élu meilleur taureau, suivi par Rocco de Ribaud, et Filou de Fabre-Mailhan, qui recevaient également leur prix. Une Cocarde d’Or des plus satisfaisantes et l’on souhaitait déjà que les suivantes se passent sous les meilleurs hospices : ceux de la compétition de prestige.