Léa Teilhaud, remporte la Patate d’Or 2019 – crédit photographies : N.Gauthier

 

Samedi dernier, c’était la 21ème édition de l’atypique « Patate d’Or » organisée par les arènes de Saint Martin de Crau. Face aux vaches de la manade Chapelle, c’e

st une fille cette année qui se sort vainqueur de la course aux faits souvent rocambolesques. Mais qui est Léa ? Elle revient sur son parcours.

 

« Depuis l’âge de 7 ans j’ai commencé à raseter les veaux et, petit à petit, je me suis essayé aux vaches. J’ai aussi essayé de raseter des taureaux. J’ai appris à raseter par moi-même mais, quand j’ai voulu raseter des vaches, je me suis inscrite à l’école taurine de Miramas. Ce qui me plait c’est le domaine des taureaux et être au plus proche de l’animal. Cette année pour la Patate d’Or, ils cherchaient une fille et Manu Garcia (vainqueur de la Patate d’Or 2018) a donné mon prénom. L’année dernière, il y a eu une fille mais elle ne rasetait pas trop et elle n’allait pas à la tête. Jérôme Dumas a vu mes photos, il était content, il a voulu me rencontrer et me voir à un entraînement. J’y suis allée et il m’a dit que je pouvais participer. J’ai très bien vécu la course, je suis partie du principe que je voulais me régaler, bien raseter et quand j’ai vu que j’étais 3ème du classement je me suis dit que je voulais la gagner. Je me suis beaucoup donnée et j’ai réussi à la gagner, je suis fière de moi et j’espère que beaucoup de personnes sont fières aussi. Pour la suite, je pense soit retourner à l’école taurine, soit rester comme cette année et raseter pendant les fêtes votives. »