Nous sommes à la mi- saison et suite aux deux  premières courses de la Palme d’or à Beaucaire, des taureaux prétendants au titre suprême du Biou d’or commencent  à se dessiner.

Optimus de la manade des Baumelles est au sommet de ses capacités. Physique et technique, il domine à chacune de ses sorties, ne prenant pas deux fois le même raset. Il est doté d’un sens de la trajectoire du raseteur très/trop développé. Avisé, il anticipe les départs. Malin, il paraît se mettre quelques fois à la faute et c’est là qu’il étale son talent. Un taureau difficile à manœuvrer par les tourneurs ce qui rend ses quarts d’heure éprouvants pour les hommes en blanc. Efficace et violent il conclue la plupart de ces actions par d’énormes coups de barrière. Un cocardier nouvelle génération par excellence qui effectuera sa prochaine sortie au Saintes-Maries-de-la-Mer, le 16 août.

Landié de la manade Nicollin est doté d’un physique impressionnant. Sous ses airs de taureau lent il fait de très grandes foulées, ce qui ne laisse pas la place au raseteur de s’extirper de ces cornes. Puncheur dans l’âme il reste au contact et termine la plupart de ses actions par d’énormes coups de barrières. Il ne pose pas de grandes difficultés sur le raset, mais au fil du temps le taureau laisse les raseteurs venir à son contact pour casser des planches derrières eux à chaque fois que l’occasion se présente. À retrouver pour le 15 Août au Grau du Roi.

Marlou de la manade Laurent, lui est un démon. Un port de tête dominateur, fantastique et anticipateur. Le cocardier des Marquises, a semé la terreur lors de sa sortie au Saintes-Maries-de-la-Mer et à Lunel. Il n’a pas été dépossédé de sa cocarde lors de ces 2 sorties. Il saute et reviens en piste, chasse les hommes jusqu’en haut des gradins, il impose le respect par sa méchanceté. Seul bémol de ce taureau très spectaculaire et intelligent il ne peut courir qu’épisodiquement car il est sujet aux blessures, mais à l’instar de Goya à son époque il impose son style avec le caractère que l’on retrouve dans la généalogie de cette élevage à la devise blanche verte et rouge.

Timoko de la manade Lautier est le vainqueur en titre du Biou de l’avenir. Même s’il reste encore jeune il fait preuve d’un très beau début de saison. Il court à une vitesse folle, possède un temps de réaction très court et déclenche sa charge ultra rapidement avec des foulées courte et à une haute fréquence. C’est un taureau fin, très athlétique qui conclut la plupart de ses actions par de gros coup de barrières. Un taureau à suivre de près tant ses capacités sont impressionnantes.

Cupidon de la manade Paulin est le dauphin du Biou d’or 2018.Moins percutant qu’en fin de saison dernière il est toutefois l’auteur d’une très bonne sortie du côté de Lunel. Il sortira à la finale de la palme d’or ce lundi, dans une poste où il réalisa probablement la meilleure prestation de sa carrière.

Tous ces taureaux sont à suivre cet été et les étapes du 15 août sont un tournant pour la décision finale, nous ne manquerons pas de refaire un point à la suite de leur sortie.