Olivier MOLINA: 1er prix des raseteurs Beaucairois de la palme d’or en 83 et 83

Ph. NAVAL

 

Les tenues blanches

Le jeune raseteur Olivier MOLINA est né le 10 novembre 1962 à Beaucaire où il réside toujours et tient avec son frère Roger le  » Chalet des Sports à proximité des arènes du Pré, rendez-vous des boulistes, afeciounado et raseteurs.

Comme tout jeune beaucairois, il côtoie dès son enfance les taureaux et les gens de bouvine, ce qui l’amène tout naturellement à courir après les taureaux des abrivado et encièro, puis à se faire inscrire à l’Ecole Taurine Beaucairoise.

Après une annee de premiers contacts et essais dans l’art du raset face aux taureaux embou-lés, il gagne brillamment en 1979 la Coupe et le le Prix de la Compétition automnale de cette Ecole Taurine Beaucairoise, ce qui va lui permettre de demander son inscription sur la liste des raseteurs stagiaires.

Les courses de Protection

En 1980, Olivier Molina a 18 ans. Etant est grand et gaucher, à la main déjà relativement sure. Il est alors autorisé à revêtir la tenue blanche et à participer aux courses de Protection.

Il court donc pour la fere fois face a des taureaux aux cornes nues le 29 mars 80 à Pélissanne. Où il affronte des espoirs de la manade Laurent. Cette premiere course à cornes nues lui laisse un bon souvenir et il se rappelle avoir enlevé ce jour-là 4 attributs. Il continue donc ses activites de raseteur stagiaire à Beauvoisin, Vallabrègues, Ara-mon, Saint-Rémy.

A Montfrin, le 4 octobre, il est sévèrement bousculé par Mi-inaudois de Fabre-Mailhan et ne doit son salut qu’en se glissant sous le marche-pied des barrières.

L’Avenir

En 1981, Olivier Molina est promu au Trophée de l’Avenir.

Il continue ainsi son apprentissage de raseteur et s’aguerrit au contact des pistes face à des taureaux portant un nom. Les tenues blanches y sont souvent plus nombreuses que dans les courses de Protection et il est difficile de s’imposer dès la première année. De plus, Balladin de Chauvet le bouscule en pleine piste le 26 juillet à Eyragues.

Une belle  » rouste » heureusement sans gravité mais mémorable tout de même. Olivier gagne cependant cette année-là le Prix du Meilleur Raseteur de la Finale du Trophée du Ramplau, le 13 septembre à Pélissanne. Puis le 6° Prix du Trophée de l’Avenir début octobre à Beaucaire.

En 1982, Olivier Molina continue au Trophée de l’Avenir avec l’ardent désir de s’imposer.

Jusqu’en mai, il est souvent en tête du classement et lutte pour la 1e place avec Daniel Martinez. Malheureusement, le 9 mai à Lansargues, il est pris par Lebrau contre les barrières et se retrouve à l’infirmerie avec le’ bras fracturé pour 2 mois d’inac-tivité. Daniel Martinez en profite pour prendre le large et Olivier Molina ne termine qu’à la 8e place. En fin de saison il revient cependant en forme, brille aux arènes des Saintes-Maries où Desbana et Bernissois lui sautent magistralement après et le bousculent dans le couloir heureusement sans mal.

Puis il gagne le 3e Prix des Comerçants le 4 septembre à Aramon et le 3e Prix du Trophée de la Saint-Roch le 5 septembre aux Paluds-de-Noves.

Ph. Naval

 

***

En 1983, Olivier Molina est.à nouveau blessé sérieusement à la cuisse gauche par Pêcheur de Chauvet aux Paluds-de-Noves.

Il reste un mois et demi sans raseter mais gagne cependant le 1er Prix des Raseteurs Beaucairois de la Palme d’Or en juillet parmi les as du crochet. Il en est très heureux et tient à associer à ce succès le tourneur Chalon qui l’a bien aidé et a su lui donner confiance à l’échelon supérieur.

***

En 1984, Olivier Molina aura 22 ans en novembre. Il court pour la 4e fois au Trophée de l’Avenir mais n’y participe plus qu’épisodiquement préférant honorer ses nombreux engagements dans les diverses arènes méridionales même s’il s’agit de courses du Trophée des As où pourtant il ne peut être classé.

Le 31 mai à Eyragues, il se montre très entreprenant face aux réputés Saint-Louisien et Palunen, ce dernier lui déchirant même le pantalon. En juillet, il gagne à nouveau le Prix des Beaucairois à la Palme d’Or puis la Coupe des Fêtes d’Août à Saint-Gilles.

***

Ainsi va, Olivier Molina le gaucher, encore jeune raseteur. Mais déjà connu des afeciounado pour les magnifiques actions qu’il provoque de la part des cocardiers. Souvent bousculé, 2 fois blessé, mais également fier d’un palmarès déjà enviable. Il tient à jour un  » journal de bord » très détaillé de ses activités de raseteur. Avec force photos et coupures de journaux, illustrant une carrière que le Camariguo. Est heureux de lui souhaiter la plus longue possible.

N’hésitez pas à vous abonner à notre streaming. Des interviews et des reportages inédits. Pour les futurs évènements c’est par ici : Agenda et dates. Donc n’hésitez pas a activer les notifications pour être tenu au courant des dernières actualités. Donc ne ratez rien et cliquez sur la cloche, partagez à vos amis et famille et surtout profitez !