SOUVENIR // L’écho des manades – Naissance à la manade Thibaud

A la manade Thibaud en ce matin de janvier, une surprise de taille attend les propriétaires. Deux naissances le même jour. Jusqu’à là, rien d’exceptionnel, sauf qu’il s’agit de jumeaux. C’est un cas extrêmement rare, d’autant plus qu’il est coutume dans ces cas là, que la mère abandonne une de ces progénitures dans les premiers jours par manque de lait, choisissant le plus à même à résister.
Nous avons demandé à Anaïs Thibaud comment il gère cette arrivée exceptionnelle.
« Cette vache a huit ans, elle a toujours fait des veaux. Cette année, elle en fait deux d’un coup ! Des jumeaux. ! Ils sont nés le 14 janvier 2020. Les premiers jours nous les avons beaucoup surveillés. Trois à quatre fois par jour pour voir s’il tétait bien et que la mère n’abandonne pas le plus faible pour ne garder que le plus costaud. Elles n’ont toujours le lait nécessaire pour nourrir les deux. Un veau déjà c’est parfois compliqué d’avoir assez de lait.
Depuis ce 14 janvier les jumeaux vont très bien. La mère se porte très bien aussi. Elle ne les quitte pas une seconde. Ce sont ses petits protégés. Elle en prend bien soin et fait la toilette à l’un puis à l’autre.
Chacun ne manque de rien. Ils ont déjà dix jours aujourd’hui. Leur poids est correct. Nous continuons à les surveiller très souvent : trois fois par jour. Si un veau manquait de lait, nous élèverions au biberon.
Nous sommes vraiment fiers d’avoir cela dans notre exploitation sachant que c’est la première fois que cela nous arrive, ce sont les deux chouchous. »
La Manade Thibaud a été 1931 par Jean Barthélémy Thibaud, D’origine Fanfonne Guillerme et Lopez. Elle est encrée depuis toujours aux portes de la Camargue à Saliers. C’est Olivier Thibaud qui gère l’exploitation depuis 1991, à la suite de l’accident de camion de son père Daniel Thibaud. Il est de la quatrième génération. C’est une histoire de famille. Anaïs fait partie de la cinquième génération. Olivier Thibaud conserve un des plus vieux élevages de taureaux et chevaux de camargue. Les Bious qui ont écrit les plus grandes heures de la manade sont le Frisé qui remporta le premier la reconnaissance, avec le Gland D’or en 1938 à Beaucaire, la Cocarde D’or en 1939 à Arles et la palme D’or en 1943 à Beaucaire. Le plus grand taureau que la manade ait connu reste Lopez, Biou d’or en 1958. Plus proche de nous, la manade a remporté le trident d’or en 1973 et a participé à la finale des protections en 2003 et à la finale de l’avenir en 2005 avec le taureau Aumônier. Elle a participé à la demi-finale de la ligue en 2009 avec Gagean, vainqueur également de la biche d’or en 2012. Ces deux nouveaux nés sont sous haute surveillance de la maman et de ses propriétaires. Ils perpétuent une histoire commencée il y a presque 90 ans. Espérons que cette joie, pourra se prolongerCes deux petits males pourraient débuter leur carrière dans la course camarguaise ensemble.
A suivre
Photo ANAIS THIBAUD