La Bouvino – Traditions et courses camarguaises

Tribune Libre – Novembre 1983

Tribune Libre – Novembre 1983 a été rédigé par C.CANTIER en Novembre 1983.

Réflexions… Actions

Tout le monde le crie…. personne ne l’entend. Les élevages de taureaux sont menacés même si le spectacle se porte bien. Mais pour qu’il y ait spectacle il faut des hommes et des taureaux. Vous allez me dire sur ces deux plans, ce serait plutôt pléthore. C’est vrai, il y a trop d’hommes, c’est vrai, il y a beaucoup de taureaux, pas mal de bons ou assez bons, mais combien d’excellents ? Cherchez bien les doigts d’une main suffiront amplement.

Prolifération des hommes en piste, taureaux assaillis qui ont du mal à tenir le quart d’heure. De beaux rasets, des franchements moches. Voilà les quelques thèmes qui vont alimenter les discussions de cet hiver à la Bourse, au Waux Hall et dans des endroits plus privés. Alors, que faire ? La limitations des raseteurs ? Depuis qu’on en parle !! Il faut dire que dans le milieu taurin camarguais les choses n’évoluent que très lentement et les réformes sont longues à se mettre en place. Trop de gens soucieux des traditions, ou de leurs prérogatives dans un domaine qui leur est propre, temporisent. D’autres, des jeunes, pareils à étalons fougueux qui essaient d’amener le changement, font peur, alors on les bride…

Trop d’intérêts en jeu, trop de susceptibilités, il faut être prudent… et le temps passe ! Pourtant, ça avance. En 1981, nouvelle règlementation des courses de protection. Bien, mais encore insuffisant. Avec l’approche de l’hiver le commentaire va remplacer l’action, parfois judicieux, parfois carrément imbécile. En tout cas, peu de propositions et encore moins de résultats concrets. Faut pas rêver…

Tribune Libre - Novembre 1983
Ph. NAVAL

Solution ?

Pendant ce temps, Monsieur Marcel MAILHAN, Président du Syndicat des Manadiers, et porte-parole de ses collègues, déploie son énergie et sa verve, et Dieu sait qu’elle est éloquente, pour la défense des intérêts des éleveurs soumis à une pression fiscale trop lourde.

D’interventions diverses en constitution de dossiers, il hante ministères, administrations et collectivités concernées. Mais les pouvoirs publics entendent-ils sa voix ? Nombre de ses démarches restent sans résultat et pourtant il est là, luttant toujours pour défendre le patrimoine de toute une région.

Article rédigé par C.CANTIER dans le mensuel « La Bouvine: Traditions et courses camarguaises » de Novembre 1983. 

N’hésitez pas à vous abonner sur : Toril TV. Des interviews et des reportages inédits. Pour les futurs évènements c’est par ici : Agenda et dates.